Page 58

321 du Mexique. Livre V. le fi Cortez n’étoit pas mort, on lui en- « voyât au plutôt, avec une bonne ef- « corte ; parce qu’il avoit un ordre précis « de l’Evêque de Burgos, de le faire ame-« ner prisonnier en Efpagne. „ Cet ordre fe seroit tourné en arrêt fans appel , fi on avoit laissé l’affaire entre les mains de cet Evêque, ennemi de Cortez : & la passion que ce Ministre marquoit d’obliger Velasquez, donnoit lieu de craindre qu’il ne voulût faire un exemple éclatant du châtiment de Cortez, en couvrant fon ressentiment particulier du prétexte de la justice. Au bout de huit jours un autre vaisseau arriva à la rade d Ulüa. Il portoit un nouveau fecours à Narvaez, & Cavallero s’en faisit encore avec la même adresse. Il y avoit huit Soldats Espagnols, une jument, & une quantité considerable de toute forte d’armes & de munitions, fous le commandement du Capitaine Rodrigo Moreyon de Lobera. Ils passerent tous à Segura, où ils prirent parti dans l’Armée fuivant l’exemple des premiers arrivés. Ces fecours venoient par des voyes fi éloignées de toute forte d’apparence, que Cortez les regardoit comme de très-heureux présages ; parce qu’il lui fembloit qu’ils portoient quelque caractere de bonheur, dont;

Histoire de la conqueste du Mexique, ou de la Nouvelle Espagne. Vol.2-2  

Auteur : Solís, Antonio de / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des An...

Histoire de la conqueste du Mexique, ou de la Nouvelle Espagne. Vol.2-2  

Auteur : Solís, Antonio de / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des An...

Profile for scduag
Advertisement