Page 190

453 du Mexique. Livre V. moindre peril , que celui des armes des ennemis. Les railleries qu’ils faifoient de notre retardement , par leurs cris moqueurs, perçoient le cœur du General. ; & sa patience ne put aller jusques à souffrir les injures qu’ils faifoient aux Efpagnols, en les traitant de lâches & de poltrons. L’emportement de la colere qui donne souvent de médians confeils, l’obligea donc de conduire l’Armée au pied de la montagne, où fans balancer fur le choix du chemin le plus aisé, il fit avancer deux Compagnies d’Arquebufiers 8c d’Arbalêtriers, commandées par Pierre de Barba, accompagné de quelques Soldats particuliers qui s’y offrirent volontairement, 8c de notre Bernard Diaz, qui n’étant pas encore fatisfait d’une reputation de valeur bien établie, s’étoit érigé en poursuivant éternellement des entreprises perilleuses. Lorfque les Efpagnols commencerent à monter , les Mexicains- se retirerent, en feignant quelque désordre, afin de les attirer à l’endroit le plus dangereux. Alors ils revinrent en criant horriblement , 8c ils firent tomber d’en-haut une grêle épouvantable de grosses pierres, 8c de rochers entiers , qui barrerent le chemin , après avoir emporté tout ce qu’ils rencontrerent.

Histoire de la conqueste du Mexique, ou de la Nouvelle Espagne. Vol.2-2  

Auteur : Solís, Antonio de / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des An...

Histoire de la conqueste du Mexique, ou de la Nouvelle Espagne. Vol.2-2  

Auteur : Solís, Antonio de / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des An...

Profile for scduag
Advertisement