Page 49

( 45 ) cesse a leurs pas , et armes d'un fouet vengeur , les poursuivre en tous lieux ! puissentils , vautours impitoyables, se ronger à euxmêmes un foie toujours renaissant! puissentils implorer des assassins et n’en pas trouver.».. puissent-ils plutôt devenir humains ! A ces mots elle arrache à l’un d'eux un fer ensanglanté , se frappe, et tombe sur le corps de son amant, en prononçant le nom d’Isméo. Tandis que cette scène affreuse se passe, la noblesse de son côté, ne néglige rien pour seconder le fanatisme. Par-tout elle s’efforce d’infecter le cœur des soldats, du noir venin qui circule dans ses veines ; par-tout elle peint comme des attentats horribles et la chute du fort de Lutèce et le séjour du Roi dans cette capitale. A l’entendre, le Roi n’est qu’un captif , plus sévèrement gardé au sein de son empire, que ne le fut un de ses ayeux dans une terre étrangère ; et le peuple n’est qu’un rebelle qui , peu content de dépouiller son. Roi , veut, en le traînant à l'échafaud, renouveller dans la Gaule l’exécrable tragédie que donna autrefois une nation voisine. De-là cette apostrophe : et

Le Songe, suivi du Discours d'un nègre conduit au supplice  

Camus-Daras, Nicolas-René / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Anti...

Le Songe, suivi du Discours d'un nègre conduit au supplice  

Camus-Daras, Nicolas-René / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Anti...

Profile for scduag
Advertisement