Page 167

131

C’est yon jeu toutt moune ka rangé A la file ; yonne ka lè serré Gé li lassous jounoux yon lautt, A sel fin dériè fouque quilotte Li pa côté les autt tounein. Pouloss, chaquin, évec la main, Ka ’vini ba li yon ti coup ; Yo ka continuein, tou-à-tou. Jouque temps pauve guiabe là divine Ça qui balte li. Quand li manqué, Yo ka dit li (vouélà la face) :

Rappòté à la farine grasse.

»

Et tantque li pas metté lamain Lassous ça qui sòti congnein, Faut li rouviré com yon sott Serré gé li pou prend yon lautt. Quand moune ka joué yo coutime ri ; Macaque pou ça pas té en faute ; Yo té ka roulé, quinbé côte, A fòce bagage là té joli. Compè tig qui té ka dòmi Tout côté là, tanne yo ka joué ; Pouloss côté yo li vancé Macaque lévé pou prend couri. Mais compè tig dit yo : « Pas pè, Mauvais moune dit zott moin méchant, Faut pas couté yo, mes zenfant, Jòdi môme moin vlé fè zott voué Moin pas mauvais com yo ka dit. Zott ka joué yon jeu amisant, Si zott vlé laissé moins ladans, Zott va voué com m’a fè zott ri. » Ces macaques là dit li : « Ladans. » Yo couméncé joué. A présent,

Les bambous : fables de la Fontaine travesties en patois créole par un vieux commandeur  

Marbot, François-Achille / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antil...

Les bambous : fables de la Fontaine travesties en patois créole par un vieux commandeur  

Marbot, François-Achille / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antil...

Profile for scduag
Advertisement