Page 118

82

Pouloss, yo coumencé fè Préparation, toutt côté, Pou yo lévé yon namé ; Yo ranne zame pou la milice 1 ; Coumencé fè l’èxècice ; Fòmé comben régiment ; Ladans latroupe, prend sègent, Pou montré yo manévré. Après yo bien étidié, Quand yo couè yo té bien fò, Toutt, en masse, sôti dérhò Pou allé prend camp sèpent, Pendant lamisique foré,2 Yo té ni, coumencé joué Lè : Oui d’est Victò Clément...

Mais, quand yo rivé douvant L’ennemi, té yon lautt zaffè : Zofficié, pou commandé, Té ni bousoin dleau sicré. Pasmoin, magré toutt lapé Qui té ka tienne yo dans khè, Yo coumencé labataille ; Mais, quand yo senti mitraille K a tombé com graine lapli, Les pli brave songé couri. Pasmoin, à fòce ça chauffé, Yo toutt coumencé sauvé;

1 Mot à mot : Ou rendit les armes à la milice. — C’est une allusion à un évènement local. Depuis longtemps la milice de la Martinique était désarmée. 2 La musique de l’ancien bataillon des milices du Fort-Royal avait reçu du peuple, on ne sait à quel propos, l’épithète de forée.

Les bambous : fables de la Fontaine travesties en patois créole par un vieux commandeur  

Marbot, François-Achille / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antil...

Les bambous : fables de la Fontaine travesties en patois créole par un vieux commandeur  

Marbot, François-Achille / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antil...

Profile for scduag
Advertisement