Page 98

302

PRODUCTIONS

veut engraisser :1e chouqu’on cultive le plus ordinairement est celui qu' on appelle chou-cavalier ou grand chou. Dans les départemens de la Corrèze et de la Dordogne les champs sont couverts de raves, avec lesquelles on engraisse les boeufs et les autres bestiaux.. Dans le département du Nord, et dans une partie de celui du Pas-de-Calais, on cultive les choux, les navets, etc. non-seulement comme plantes fourrageuses, mais encore ces végétaux servent à remplacer le vide des jachères : il en est de même dans une partie des départemens du Haut et Bas-Rhin. Dans la Charente, sur le rapport des cultivateurs les plus éclairés, le préfet estime que la seule méthode possible de cultiver les terres, serait d’y semer des navets. Dans le Lot et Garonne, on a tenté avec succès la culture de la betterave champêtre : elle est aujourd’hui d’une grande ressource pour les bêtes à cornes. Dans la Lys, les navets sont cultivés en grand et prennent la place des jachères : ces racines sont d’une ressource et d’un produit immense par les moyens d'engrais et les améliorations qu’elles procurent. Dans le département de la Marne on trouve des champs entiers de navets, consacrés à la nourriture des bestiaux. Des cultivateurs instruits y ont aussi essayé , avec succès, les betteraves champêtres. Des haricots, semés dans des essartis de bois, y ont aussi bien réussi, et ont donné de belles récoltes : cette culture, à peine connue il y a 20 ans , s’est étendue, depuis la révolution, dans toutes les communes. Les propriétaires qui ont donné régulièrement de ces végétaux à leurs brebis les ont tenues en bon état, et n’ont pas perdu d’agneaux : il est probable que l’introduction de celte méthode produirait les meilleurs effets, si elle avait pour but de faire disparaître les jachères, et si elle était dirigée d’après un cours de récoltes bien entendu. Dans les Deux-Nèthes, la culture des navets est très-soigné-’: les récoltes, chaque année , s’élèvent au moins à 395 mille 820 myriagrammes ( 79 mille 164 quintaux). Voilà, à peu près, sur une grande étendue de pays tel que la Fi ance , les seules portions où l’on connaisse l’usage des choux, des navets, des betteraves, etc. comme plantes fourrageuses; et encore le cours de ces récoltes est si mal entendu, qu’il s’en faut beaucoup qu’on en retire tous les avantages qu’on devrait en attendre; cependant, outre que

Statistique générale et particulière de la France et de ses colonies (T7) (2)  

Pierre Etienne Herbin de Halle / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des...

Statistique générale et particulière de la France et de ses colonies (T7) (2)  

Pierre Etienne Herbin de Halle / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des...

Profile for scduag
Advertisement