Page 94

298

PRODUCTIONS

coup, quand marne il serait de la meilleure qualité , que le houblon qui se cultive en France suffise à la consommation qui s’en lait : voilà donc encore une plante qui manque a notre agriculture, et dont le défaut nous rend tributaires de l’étranger. (Ou doit observer cependant que les ci-devant Pays-Bas, qui nous en fournissaient beaucoup, sont aujourd’hui réunis à la France.) L’Escaut, Jemmapes, la Lys, avons-nous dit, cultivent en grand le houblon : on en trouve sur-tout beaucoup dans la Lys et Jemmapes. La bière blanche de Louvain est très-renommée ; c’est pour ainsi dire le seul commerce de cette ville , et il est considérable. Mais c’est principalement à Lier, département des DeuxNellies, petite ville au confluent de la rivière de ce nom, où l'on cultive la bonne qualité de houblon, qui a rendu recommandables les brasseries de cet endroit. On en transporte la bière, par la rivière et les canaux, jusqu’à Gaud et à Bruges, où il s’en fait une grande consommation. Le houblon que produit le département de Sambre et Meuse suffit à peu près à la fabrication de la bière , qui est la boisson ordinaire du pays. En 1791, d ans le département du Nord, depuis long' temps le houblon n’avait pas valu moins de 54 livres le 100 (la livre en Flandre n’était que de 14 onces) (9 francs 80 centimes le myriagramme) , et-, de temps en temps , il s’était vendu de 150 à 200 livres le quintal de Flandre ( 25 à 37 francs le myriagramme) .Cette révolution avait lieu tous les trois ou qua tre ans, dit la Feuille du Cultivateur ; et si la récolte moyenne d’un arpent ( 1 demi-hectare ) de houblon produit mille livres (50 myriagrammes) pesant après sa dessication, et qu’on donne à sa fleur un prix moyen de 80 francs , le produit annuel d’un arpent ( un demihectare ) sera de 800 francs ; sur quoi déduisant la dépense , estimée à 320 francs , il restera par arpent, ou par demi-hectare,un bénéfice annuel de 480 francs : le produit est assez considérable pour attirer l’attention du cultivateur, lors même qu’on en retrancherait un quart et même un tiers. Quoique ce résultat ne soit pas invariable pour tous les pays ou l’on voudrait cultiver le houblon, il offre cepen dant des données assez satisfaisantes pour encourager les essais en ce genre de culture ; car c’est dans une contrée où la qualité du houblon est inférieure, que nous établissons notre calcul, et sans doute il n’y aurait qu’à gagner si l'on

Statistique générale et particulière de la France et de ses colonies (T7) (2)  

Pierre Etienne Herbin de Halle / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des...

Statistique générale et particulière de la France et de ses colonies (T7) (2)  

Pierre Etienne Herbin de Halle / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des...

Profile for scduag
Advertisement