Page 215

VÉGÉTALES.

419

ils ont éveillé les sollicitudes des gens instruits, et les plaintes de l’administration , aussi bien que celles des administres. Ce n’est pas seulement de nos jours, que de bons citoyens ont signalé à l’autorité les funestes conséquences du désordre dans le régime forestier ; le mal remonte déjà haut, et n’en exige par là même que plus de considération. Un écrivain du règne de Charles IX et d’Henri III, Bernard Palissy, appelait notre insouciance, à cet égard, « non une faute, mais une malédiction et » un malheur h toute la France. » La fameuse ordonnance de 1669 , déclare que déjà le mal est si invétéré que le remède est presque impossible. Plus récemment, Réaumur , Duhamel et Buffon , dans leurs écrits éclairés de toutes les lumières du siècle , ont consigné la même opinion, à qui tant d’autorités donnent désormais le caractère de la vérité, et qui se trouve reproduite sous diverses formes, par les écrivains économistes qui se sont occupés à faire sentir l’origine et les effets de la dévastation , et à indiquer les moyens les plus propres à l’arrêter ; mais c’est sur-tout à l’époque présente que toutes les causes morales ou physiques fixes ou passagères dont nous avons tout-à-l’heure indiqué l’action, semblent s’être réunies et comme entassées sur notre sol pour en opérer et accélérer le déboisement. D’un côté les chauffages des particuliers , multipliés dans les villes par le luxe et le goût de l’aisance, dévorent une quantité énorme de combustible ; de l’autre , les immenses besoins des manufactures et des arts, sur-tout l’établissement au sein des forêts , de forges, de verreries , de fourneaux de toute espèce, y placent, en quelque sorte, le foyer même de la dévastation. Les principes physiques de conservation et de reproduction ont été d’une autre part long-temps méconnus ; l’administration, privée de lumières, a parcouru sans boussole tous les erremens de la routine et de rignorance ; et ce n’est que depuis et par les écrits de Duhamel et de Buffon, que la nature a été consultée, et que les connaissances naturelles qui doivent diriger l’aménagement des forêts ont été assises sur leurs véritables bases ; enfin, il faut au milieu de toutes ces causes destructives faire une grande part aux effets imprévus et accidentels de la révolution que nous venons de traverser. La propriété attribuée à la nation des domaines de la couronne et de ceux des ordres privilégiés, a preD d 2

Statistique générale et particulière de la France et de ses colonies (T7) (2)  

Pierre Etienne Herbin de Halle / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des...

Statistique générale et particulière de la France et de ses colonies (T7) (2)  

Pierre Etienne Herbin de Halle / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des...

Profile for scduag
Advertisement