Page 150

354 PRODUCTIONS nent l’huile : nous placerons ici les arbres dont les fruits sont oléagineux. Après l’olivier se présentent, sous ce rapport, dans la famille des grands arbres, les pins et sapins, le hêtre et le noyer. Le fruit du hêtre, appelé faîne , long-temps abandonné aux porcs, auxquels il procure une graisse molle et qui ne peut se conserver, donne une huile estimée, qui, extraite avec soin, a beaucoup de finesse, et a, par-dessus l’huile d’olive, l’avantage de se conserver en vieillissant. La Convention, lorsque le territoire était cerné d’ennemis qui forçaient la France à se borner à ses seules ressources, provoqua, par des décrets et instructions, la multiplication des fabriques d’huile de faîne. On estimait alors qu’un quintal (5 myriagrammes ) de ce fruit, rendaint presque 2 myriagrammes d’huile. A la même époque, et par les mêmes causes, l’on publia des instructions sur l’extraction des huiles de la famille des pins, sapins et mélèses. Le sapin abies et le pin cultivé, le maritime et le sylvestre furent indiqués comme les espèces dont les graines ou cônes étaient les plus fertiles. Le rapport des produits donnait un kilogramme d’hui' pour un myriagramme de graines, ou 1 dixième. Malgré nos besoins et des essais d’un aussi heureux augure, ces fruits sont tombés en discrédit. Les noyers sont extrêmement multipliés au centre , et dans quelques contrées du midi de la France ( Voyez l’Article des Forêts). On exprime des noix une huile qui, fraîche , est assez agréable à manger ; plus vieille, elle perd de cette qualité; mais elle entre encore dans une foule d’autres usages. A cet égard, le noyer une grande ressource pour les départemens dans lesquels ne se trouvent pas les autres végétaux d’où s’extrait l’huile. L’usage de celle de noix, connu depuis long-tems, se maintient toujours. L’huile de noix est d’un usage général dans le département des Hautes-Alpes, dont la partie méridionale est couverte de noyers; et les habitans connaissent à peine celle de Provence, malgré le voisinage. Dans le département de Marengo (Piémont), le noyer réussit beaucoup mieux que l’olivier. Les départemens de l’Isère, de la Drôme, de l’Ardêche , du Tarn, des Deux Sèvres, d’Indre et Loire se livrent avec le plus grand succès à la culture du noyer et à ses pro-

Statistique générale et particulière de la France et de ses colonies (T7) (2)  

Pierre Etienne Herbin de Halle / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des...

Statistique générale et particulière de la France et de ses colonies (T7) (2)  

Pierre Etienne Herbin de Halle / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des...

Profile for scduag
Advertisement