Page 125

329 VÉGÉTALES. Pays de Bray, est occupée par des pâturages excelle ns : les nombreux troupeaux de vaches qu'un y nourrit procurent un beurre de la meilleure qualité , et dont la majeure partie est vendue pour Paris. C’est sur - tout sur les bords des rivières d’Oise et de Marne qu’on trouve dans le département de l’Aisne beaucoup de prairies qui donnent du foin en abondance et de la meilleure qualité. Ce département est un de ceux qui fournissent à l’approvisionnement de Paris, et par conséquent on doit y trouver peu de pâturages, les cultivateurs trouvant un plus grand avantage à récolter du loin. Cette raison aurait dû les engager à donner plus de soins à la culture des prairies artificielles, qui y est introduite depuis une vingtaine d’années, à la vérité; mais qui n’y jouit pas de toute la faveur qui serait à désirer. Au nord-est du département de la Seine-Inférieure se trouvent l’ancien pays de Bray et le canton de Neuchâtel ; le premier offre de nombreux pâturages , où l'éducation des vaches à lait est suivie avec le plus grand succès. C'est avec ce lait que se fabrique le beurre de Bray, dont ii.se fait des envois considérables à Paris; c’est moins l’excellence des pâturages et la qualité du laitage , que la manière de conduire les laiteries, qui fait la bonté de ce beurre si recherché.Le canton de Neuchâtel présente aussi de très-bons pâturages ; mais non pas en aussi grande quantité; on s’y occupe, comme dans le pays de Bray, du nourrissage des bêtes à cornes. On fait aussi avec le lait du beurre qui est d’une bonne qualité , mais sur-tout des fromages délicieux connus sous le nom de fromages de Neuchâtel, et qui donnent lieu à un commerce considérable dans le pays. Un état énumératif de la quantité de bestiaux, qui se trouvaient dans le canton de Neuchâtel en l’an III, porte à 21 mille 379 le nombre des vaches. On trouve encore dans le département de la Seine-Inférieure quelques pâturages situés dans les vallées et où l’on engraisse des vaches; mais ces prés n’ont de valeur et ne se louent trèscher, que parce qu’ils sont très-rares: ils servent tout au plus a prouver que , dans ce département, le cultivateur sacrifie tout pour récolter des grains, et ne fait rien pour se procurer les moyens de nourrir et élever les bestiaux qui multiplieraient ses engrais. bords de la Seine sont les seuls où l’on récolte de Les très bons foins, qui servent sur-tout à l’approvisionnement de Rouen.

Statistique générale et particulière de la France et de ses colonies (T7) (2)  

Pierre Etienne Herbin de Halle / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des...

Statistique générale et particulière de la France et de ses colonies (T7) (2)  

Pierre Etienne Herbin de Halle / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des...

Profile for scduag
Advertisement