Page 121

VÉGÉTALES.

325

qui passe pour être aussi bien cultivé , la seule nourriture des vaches et quelquefois même des moutons, quand les pois et la vesce sont rares, soit pendant l'hiver, la paille de blé ou d'avoine. Dans le département de la Somme , le sainfoin dont la culture est assez répand ue , est un fourrage excellent pour tousles bestiaux. Dans quelques endroits, à Breteuil, par exemple, on l’estime plus que le grain. Le trèfle incamat donné en vert aux vaches, leur procure abondamment du lait de la meilleure qualité , et du plus beau jaune. Ces deux plantes forment ies prairies artificielles de ce département. Dans plusieurs autres départemens l’on ne trouve qu'une seule sorte de prairies artificielles où une seule plante à peu près domine et réussit, Dans le département de l’Aude, on trouve de fort belle luzerne; on la coupe 4 ou 6 fois , selon la quantité de pluie; elle dure quatre à six ans ; les vallées mises en luzerne sont aux terres de labour , comme 10 est à 3 ; c’est-à, que si une portion de terre mise en luzerne est louée 50 francs , la même portion en terre de labour n’est louée que 15. Les prairies artificielles de l’Escaut sont le trèfle ; il reste ordinairement deux ans et demi en terre , est fauché une fois la première année , trois fois la deuxième , et toujours il est donné en vert dans l’étable, et les vaches ainsi nourries donnent un beurre et une crème d’un goût exquis. On ne voit pas pourquoi le trèfle n’est pas récolté desséché pour servir de fourrages d’hiver , et on ne conçoit pas comment des cultivateurs ne sont pas plus éclairés sur leurs propres intérêts; peut-être ceux de l’Escaut croient-ils trouver dans la culture de leurs carottes toutes les ressources dont toutes les autres branches d’économie rurale sont susceptibles. Il y a des endroits tels qu’à l’ouest et au sud du département de la Gironde, où l’industrie a introduit l’usage des prairies artificielles. Dans le département des Pyrénées - Orientales, les prairies artificielles sont la luzerne, qui est de la plus grande beauté ; elle donne les plus riches récoltes et est la culture la plus lucrative ; le foin de luzerne se vend la moitié plus cher que le foin des prés. On l’arrose , mais les arrosemens abrégent sa durée. Elle se coupe cinq fois lorsqu’elle

Statistique générale et particulière de la France et de ses colonies (T7) (2)  

Pierre Etienne Herbin de Halle / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des...

Statistique générale et particulière de la France et de ses colonies (T7) (2)  

Pierre Etienne Herbin de Halle / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des...

Profile for scduag
Advertisement