Page 105

309 VÉGÉTALES. pour que le peuple en fasse usage. On assure qu’il era coûte plus de 200 francs de frais , avant qu’un demi-hectare ( arpent ) de terre planté en asperges puisse rapporter. Cependant la consommation qu’en font les villes , sur-tout les villes d’une certaine étendue, est assez considérable pour qu’on cultive ce légume en grand dans leurs environs. A Aubervillers, dans la plaine de Saint-Denis, il y a plus de 45 hectares ( 90 arpens de terre ) consacrés à la culture de l’asperge ; cinquante autres villages des environs de Paris s’occupent aussi de la même industrie. Aubervillers peut fournir à Paris , année commune , 28 à 30 mille bottes d’asperges : 150 personnes ou environ sont employées à cette culture , depuis la fin de ventôse , jusqu’aux premiers jours de messidor. Dans les environs d’Orléans, il n’y a point de canton ni de terrain particulier consacré à ce végétal ; on le fait venir dans les vignobles, entre les ceps, de 2 mille à 2 mille 5oo hectares ( 4 à 5 mille arpens ) de vignes. Ce légume est si abondant dans les marchés de cette ville , que les gens riches qui out des potagers ne prennent pas pas la peine d’y en planter. Il part d’Orléans , dans la saison , des voitures chargées d’asperges pour Paris , et Pour les villes et bourgs des cantons voisins. Les asperges d' Orléans sont en général plus belles que celles d’Aubervillers ; elles ont beaucoup plus de vert; ce qui dépend du terrain. Le plant d’asperge qui se vend à Paris, est à meilleur marché que celui que l’on tire d’autres villes où ce commerce est suivi, telles que Vendôme, Tours , Niort, Strasbourg, etc.

Melons, Cornichons. La culture du melon dans tout le nord de la France est artificielle , et ne peut être d’aucun intérêt pour l’économie rurale et domestique ; c’est un fruit trop peu substantiel, et qu’on obtient avec beaucoup trop de soins et de frais pour devenir une nourriture commune : à plus. forte raison , il ne serait pas économique de s’en servir pour engraisser les bestiaux , quoique les mulets et les ânes en soient assez friands , et qu’on en donne avec succès l’écorce aux chevaux pour les ragoûter. Le principal usage du melon est d’être servi sur Ta table des gens riches. Il n’y a que. dans les départemens méri-

Statistique générale et particulière de la France et de ses colonies (T7) (2)  

Pierre Etienne Herbin de Halle / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des...

Statistique générale et particulière de la France et de ses colonies (T7) (2)  

Pierre Etienne Herbin de Halle / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des...

Profile for scduag
Advertisement