Page 102

306

PRODUCTIONS

Nèthes, oh son produit annuel est évalué à peu près à 2 millions 16 mille 4o5 myriagrammes (4o3 mille 281 quintaux ). Voilà les seules contrées dans toute la France , où les pommes-de-terre soient considérées comme objet d’0conomie rurale ; dans les autres, elles ne sont cultivées en grand, que là où elles suppléent au déficit des plantes céréales. C’est ce qui a lieu , par exemple : Dans les Vosges, où les habitans des montagnes surtout , ne vivent guères que de pommes-de-terre. Leurs culture , suivant le rapport du préfet de ce département y serait susceptible de bien des améliorations. Il serait possible , en abandonnant de vieilles routines et en semant ce légume avec soin et à la bêche , d’épargner les deux tiers de la semence, et d’obtenir une récolte trip’0 de celle que l’on fait, et d’économiser beaucoup de terrain. On peut conclure de-là que la routine est une ennemie bien pernicieuse de l’agriculture en France, puisque jusque dans les objets où les moyens de conviction sont si faciles et si simples, deux tiers en moins de semence , et le trip’0 en plus de récolte, ne sont pas des avantages assez réels pour faire abandonner les vieilles habitudes. Dans les Cévennes ( département de la Lozère), on ne cultive guères que la pomme-de-terre ; elle est avec les châtaignes la seule nourriture des babitans ; on n’y connaît aucunement le froment et le seigle. Les pommes-de-terre offrent encore dans le département de Sambre et Meuse , une grande ressource aux habitans des villes et des campagnes ; elles se cultivent et réussissent dans toute l’étendue du département ; on peut estimer la quantité cultivée , à 4oo mille hectares 5 il eu est de même dans la Haute-Saône , où les babitans voisins des montagnes suppléent au défaut de blé ou de seigle par une grande quantité de pommes-de-terre. Le Tarn en récolte, année commune, 300 mille myriagrammes ( 60 mille quintaux ), dont quelques communes rurales tirent parti, à défaut de froment, de seigle et autres plantes céréales. Il résulte que la pomme-de-terre est cultivée dans presque toute la France, soit dans les potagers, comme plante auxiliaire pour la cuisine, soit dans les champs et en grand , et comme objet d’économie rurale ; mais que ce n’est que dans quelques départemens du nord où elle est connue et utilisée comme elle doit l’être sous le dernier de ces rapports.

Statistique générale et particulière de la France et de ses colonies (T7) (2)  

Pierre Etienne Herbin de Halle / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des...

Statistique générale et particulière de la France et de ses colonies (T7) (2)  

Pierre Etienne Herbin de Halle / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des...

Profile for scduag
Advertisement