Page 1

MANIOC.org Archives dĂŠpartementales de la Guadeloupe


MANIOC.org Archives dĂŠpartementales de la Guadeloupe


MANIOC.org Archives dĂŠpartementales de la Guadeloupe


MANIOC.org Archives dĂŠpartementales de la Guadeloupe


EDIT

DU

ROY,

CONCERNANT LES ESCLAVES Negres des Colonies. Donné a Paris au mois d'Octobre 1716.

L

OUIS par la grace de Dieu, Roy de France & de Navarre : A tous presens & à venir, SALUT. Depuis notre avénement à la Couronne, nos premiers soins ont esté employez à réparer les pertes causées à nos Sujets par la guerre que notre très-honoré Seigneur & Bisayeul de glorieuse mémoire a été forcé de soutenir ; & Nous nous sommes appliquez en même-tems à chercher les moyens de leur faire goûter les fruits de la paix : Nos Colonies quoiqu’éloignées de Nous ne méritant pas moins de ressentir les effets de notre attention, Nous avons fait examiner l’état ou élles se trouvent ; & par les differens Mémoires qui Nous ont été présentez, Nous avons connu la nécessité qu’il y a d’y soûtenir l’execution de l’Edit du mois de Mars 1685. qui en maintenant la discipline de l’Eglise Catholique, ApostoA

MANIOC.org Archives départementales de la Guadeloupe


2

lique & Romaine, pourvoir à ce qui concerne l’état & la qualité des Esclaves Negres qu’on entretient dans lesdites Colonies pour la culture des Terres : Et comme nous avons été informé que plusieurs Habitans de nos Isles de l’Amérique délirent envoyer en France quelques-uns de leurs Esclaves , pour les confirmer dans les Instructions & dans les Exercices de notre Religion, & pour leur faire apprendre en même-tems quelque Art & Métier, dont les Colonies recevoient beaucoup d’utilité par le retour de ces Esclaves ; mais que ces Habitans craignent que les Esclaves ne prétendent être libres en arrivant en France, ce qui pourroit causer ausdits Habitans une perte considérable, & les détourner d’un objet aussi pieux & aussi utile : Nous avons résolu de faire connoître nos intentions fur ce sujet : A CES CAUSES, & autres à ce Nous mouvans, de l’avis de notre très-cher & très-amé Oncle le Duc d’Orleans Regent, de notre très-cher & trés-amé Cousin le Duc de Bourbon , de notre très-cher & très-amé Oncle le Duc du Maine , de notre très-cher & très-amé Oncle le Comte de Toulouse, & autres Pairs de France, Grands & Notables Personnages de notre Royaume, & de notre certaine science, pleine puissance & autorité Royale : Nous avons par le present Edit perpétuel & irrévocable, dit, statué & ordonné, disons, statuons & ordonnons, voulons & nous plaît ce qui suit. ARTICLE

PREMIER.

L’Edit du mois de Mars 1685. & les Arrests rendus en execution, ou en interprétation, seront executez selon leur forme & teneur dans nos Colonies ; & en conséquence les Esclaves Negres qui y font entretenus pour la culture des Terres, continueront d’être élevez & instruits avec toute l’attention possible dans les principes dans l’exercice de la Religion Catholique, Apostolique & Romaine. II. Si quelques-uns des Habitans de nos Colonies ou Officiers employez fur l’Etat desdites Colonies, veulent amener en France avec eux des Esclaves Negres de l’un & de l’autre


3 sexe, en qualité de domestiques ou autrement, pour les fortifier davantage dans notre Religion, tant par les instrucctions qu’ils recevront, que par l’exemple de nos autres Sujets, & pour leur apprendre en même-tems quelque Art & Métier dont les Colonies puissent retirer de l'utilité par le retour de ces Esclaves, lesdits Proprietaires feront tenus d’en obtenir la permission des Gouverneurs Generaux ou Commandans dans chaque Isle, laquelle permission contiendra le nom du Proprietaire, celui des Esclaves, leur âge & leur signale. ment. I I I.

Les Proprietaires desdits Esclaves, seront pareillement obligez de faire enregistrer ladite permission au Greffe de la Juridiction du lieu de leur résidence avant leur départ, & en celui de l’Amirauté du lieu du débarquement, dans huitaine après leur arrivée en France.

I V. Lorsque les Maîtres desdits Esclaves voudront les envoyer en France, ceux qui feront chargez de leur conduite, observeront ce qui est ordonné à l’égard des Maîtres, & le nom de ceux qui en feront aussi chargez fera inséré dans la permission des Gouverneurs Generaux ou Commandans, & dans les Déclarations & enregistrement aux Greffes ci-dessus ordonnez. V. Les Esclaves Negres de l'un & de l'autte sexe, qui feront conduits en France par leurs Maîtres, ou qui y feront par eux envoyez , ne pourront pretendre avoir acquis leur liberté, fous prétexte de leur arrivée dans le Royaume, & feront tenus de retourner dans nos Colonies quand leurs Maîtres le jugeront à propos : Mais faute par les Maîtres des Esclaves d’observer les formalitez prescrites par les précédens Articles, lesdits Esclaves seront libres & ne pourront être reclamez. A ij


4

V I. Faisons défenses à toutes personnes d’enlever, ni soustraire en France les Esclaves Negres de la puissance de leurs Maîtres, fous peine de répondre de la valeur desdits Esclaves, par rapport à leur âge, à leur force &, à leur industrie, suivant la liquidation qui en fera faite par les Officiers des Amirautez ausquels Nous en avons attribué & attribuons la connoissance en premiere instance ; & en cas d’Appel à nos Cours de Parlemens &, Conseils Supérieurs ; Voulons en outre que les contrevenans soient condamnez pour chaque contravention en mille livres d’amende, applicable un tiers à Nous, un tiers à l’Amiral, & l’autre tiers au Maître desdits Esclaves, lorsqu’elle fera prononcée par les Officiers des Sieges Generaux des Tables de Marbre ; ou moitié à l’Amiral, & l’autre moitié au Maître desdits Esclaves, lorsque l’amende fera prononcée par les Officiers des Sieges particuliers de l’Amirauté, sans que lesdites amendes puissent être modérées, fous quelque prétexte que ce puisse être. V I I. Les Esclaves Negres de l’un de l’autre sexe, qui auront été amenez ou envoyez en France par leurs Maîtres, ne pourront s’y marier fans le consentement de leurs Maîtres : & en cas qu’ils y consentent, lesdits Esclaves feront & demeureront libres en vertu dudit consentement. V I I I. Voulons que pendant le séjour desdits Esclaves en France, tout ce qu’ils pourront acquérir par leur industrie, ou par leur profession, en attendant qu’ils soient renvoyez dans nos Colonies, appartienne à leurs Maîtres, à la charge par lesdits Maîtres de les nourrir & entretenir. I

X.

Si aucun des Maîtres qui auront amené ou envoyé des Es-


5

claves Negres en France vient à mourir, lesdits Esclaves resteront fous la puissance des heritiers du Maître décedé, lesquels feront obligez de renvoyer lesdits Esclaves dans nos Colonies pour y être partagez avec les autres biens de la succeisson, conformément à l’Edit du mois de Mars 1685. à moins que le Maître décedé ne leur eût accordé la liberté par testament ou autrement, auquel cas lesdits Esclaves feront libres. X. Les Esclaves Negres venant à mourir en France, leur pécule, si aucune se trouve, appartiendra aux Maîtres desdits Esclaves. X I. Les Maîtres desdits Esclaves ne pourront les vendre ni échanger en France, & feront obligez de les renvoyer dans nos Colonies, pour y être négociez & employez, suivant l’Edit dn mois de Mars 1685. X I I. Les Esclaves Negres étant fous la puissance de leurs Maîtres en France, ne pourront ester en Jugement en matiere civile, autrement que fous l’autorité de leurs Maîtres. X I I I Faisons défenses aux Créanciers des Maîtres des Esclaves Negres de faire saisir lesdits Esclaves en France, pour le payement de leur dû, sauf ausdits Créanciers à les faire saisir dans nos Colonies dans la forme preserite par l’Edit du mois de Mars 1685. X I V. En cas que quelques Esclaves Negres quittent nos Colonies fans la permission de leurs Maîtres, & qu'ils se retirent en France , ils ne pourront prétendre avoir acquis leurs liberté ; Permettons aux Maîtres desdits Esclaves de les re-


6

clamer par tout où ils pourront s’êtré retirez, & de les renvoyer dans nos Colonies : Enjoignons à cet effet aux Officiers des Amirautez, aux Commissaires de Marine, & à tous autres Offiers qu’il appartiendra, de donner main forte ausdits Maîtres & Proprietaires pour faire arrêter lesdits Esclaves.

X V. Les Habitans de nos Colonies, qui après être venus en France, voudront s’y établir & vendre les Habitations qu’ils possedent dans lesdites Colonies , feront tenus dans un an, à compter du jour qu’ils les auront vendues auront cessé d’être Colons, de renvoyer dans nos Colonies les Esclaves Negres de l'un & de l'autre sexe qu’ils auront amenez ou envoyez dans notre Royaume : Les Officiers qui ne feront: plus employez dans les Etats de nos Colonies, seront pareillement obligez dans un an, à compter du jour qu’ils auront cessé d’être employez dans lesdits Etats de renvoyer dans les Colonies les Esclaves qu’ils auront amenez ou envoyez en France ; & faute par lesdits Habitans & Officiers de les renvoyer dans ledit terme, lesdits Esclaves feront libres. Si DONNONS EN MANDEMENT à nos amez & feaux les Gens tenant notre Cour de Parlement à Dijon, que notre present Edit ils ayent à faire lire, publier & enregistrer, & le contenu en icelui garder, observer & executer selon sa forme & teneur, nonobftant tous Edits, Ordonnances, Déclarations , Arrefts, Réglemens & Usages a ce contraires , ausquels Nous avons dérogé & dérogeons par le present Edit ; CAR tel est notre plaisir : Et afin que ce soit chose ferme & stable à toujours, Nous y avons fait mettre notre Scel. DONNE' à Paris au mois d’Octobre , l’an de grace mil sept cent seize, de de notre Régne le second. Signée LOUIS ; Et plus bas, Par le Roy, le Duc d’Orleans Regent present. PHELYPEAUX. Visa , VOYSIN. Registré, oüi ce requerant le Procureur General du Roy, à la diligence duquel, copie desdites Lettres & du present Airest seront envoyées dans tous les Bailliages & Sieges de ce ReBort pour y être lues & publiées, & exécutées félon leur forme &


7

teneur : Enjoint aux Substituts dudit Procureur General du Roy d'y tenir la main, certifier la Cour de leur diligence dans quinz jours prochains. Fait en Parlement, les Chambres assemblées à Dijon le septiéme Décembre mil sept cent seize : & ont été le [dite s Lettres lues , publiées à l' Audiance de ladite Cour le Jeudy dix du meme mois. Signé, GUYTON. Collationné à l’Original par Nous Ecuyer ; Conseiller-Secretaire du Roy, Maison, Couronne de France & de ses Finances.

A Chez

PARIS, AU

PALAIS ;

dans la Grand’Chambre ,vis àvis la Grand'Salle : AU NOM DE JÉSUS.

CLAUDE GIUARD,

On trouve dans ta même Boutique, tous les Edits, Déclarations, Arrêts & Reglement fur toutes fortes de Matieres, tant en Recueil que par Pieces détachées, & toutes sortes de Livres.

M. DCC. XXXVIII.


Edit du Roy concernant les esclaves nègres des colonies donné à Paris au mois d'octobre 1716  

Guyton / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection de...

Edit du Roy concernant les esclaves nègres des colonies donné à Paris au mois d'octobre 1716  

Guyton / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection de...

Profile for scduag
Advertisement