Page 99

447

ville. À la Martinique comme en France, comme à Saint-Domingue, on attaqua la constitution des jésuites, le pouvoir de leur chef, le danger de leur entente et de leur dévouement aux 'fiées ultramontaines. Enfin, il fut, en audience solennelle, déclaré à la Martinique, le 18 octobre 1763, « que les jésuites ne » pourraient demeurer dans l’île qu’autant qu’ils auraient prêté » serment d’être bons et fidèles serviteurs du roi, de tenir et » professer les libertés de l’Eglise gallicane et les quatre articles » du clergé de France, de 1682, d’observer les canons reçus et » les lois du royaume, de détester et combattre, en toutes occa» sions, et de tout temps, les maximes attentatoires à l’autorité » des rois, à l’indépendance de leurs couronnes et à la sûreté de » leurs personnes sacrées. » Qu’on voulût soumettre les jésuites de France à la dernière Partie du serment que nous venons de minuter, nous le concevons, mais que, dans les colonies, on poussât l’exigence à ce point, il est facile de juger que la marche à suivre était tracée ; Qu’elle le fût par une autorité supérieure, c’est ce que nous ne Pouvons affirmer, m’ayant vu aucune trace qui nous l’indiquât aux Archives ; mais nous pouvons conclure qu’elle l’était par l'opinion qui, aux colonies, s’était prononcée contre les jésuites. Cette opinion, surexcitée par les accaparements du père Lavalette, poussa les juges à exiger ce serment sous trois jours, et le même conseiller de Perrinelle Dumay, fut chargé de le recevoir de ceux qui voudraient le prêter. Les jésuites, moins arrogants aux colonies qu’ils ne l’avaient été si souvent ailleurs, prêtèrent le serment exigé, et comme, dès le 1 octobre 1763, leurs biens de la Martinique avaient été séquestrés, et leur gestion remise, par autorité de justice, entre les mains de Diant et Dutasta, sur leur demande, des pensions leur furent allouées, en attendant que leurs affaires fussent définitivement réglées. A Saint-Domingue, à la Guadeloupe, des décisions, à peu de chose près semblables, furent le résultat des poursuites exercées contre les jésuites. Leurs dettes furent balancées avec la valeur er

Histoire générale des Antilles Tome 5 et 2 de la 2ème série. Suite  

Dessales A./Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Histoire générale des Antilles Tome 5 et 2 de la 2ème série. Suite  

Dessales A./Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Profile for scduag
Advertisement