Page 89

— 437 — quatrième visiteur put parvenir à la Martinique. Ce visiteur, que nous avons vu figurer déjà dans cette Histoire, le père de la Marche, avait une victime à frapper. Celte victime était le père Lavalette, dont les relations avec les Anglais s’expliquent assez par l’espoir qu’il avait conçu de rétablir ses affaires. Né avec un génie commercial et entreprenant, le père Lavalette avait deux torts réels : le premier, d’être prêtre, et, le second, d’être jésuite. Aussi courba-t-il la tête; et, s’il faut en croire la Biographie universelle, subit-il une sorte de jugement, et donna-t-il une rétractation en latin, rétractation que l’auteur de son article a traduite, après l’avoir retrouvée, tout juste pour blanchir la société du seul méfait qui laissât quelques doutes encore dans l'esprit des hommes estimables qui ont fait justice des calomnies débitées contre les jésuites (1). Mais si, dans l’intérêt de l'ordre, et pour sauver maîtresse du roi, mais qu'il l'avait blâmée, alors que le roi, lassé de ses charmes, avait répudié ses caresses, de servir de pourvoyeuse à sa lubricité. (1) Voir la Biographie universelle, article Lavalette, au supplément, tome 70. Si Cerutti, qui s’est chargé de nous tracer l’apologie des jésuites eût connu les pièces citées par la Biographie et retrouvées, en 1831, dans les archives de la maison du Gesu, à Rome, il n'eût pas, après avoir blanchi ses confrères de tous les reproches qu’on leur a adressés, entassé tant de déclamations pour faire peser sur le père Lavalette seul tout l'odieux de ces spéculations. Nous le répétons, il est bien difficile de raisonner froidement une question qui a fait surgir tant de passions; mais quand on parcourt les bribes échappées au temps, ou voit et l’habileté des jésuites, et leur soin à ne laisser, autant que possible, que des soupçons sans preuves. Leurs apologistes, qui, si souvent, on parlé de pièces fausses, ne redoutent-ils pas le jugement de leurs adversaires, lorsqu’ils ressuscitent des pièces qui auraient été si utiles en 1762 ? Nous transcrivons ici , sans commentaires, un passage extrait du livre de Cerutti, publié en 1763, lequel Cerutti, du reste, travailleur infatigable, donna dans la révolution et devint l’ami de Mirabeau, après avoir abjuré les principes de la société qu'il avait défendue avec tant d’énergie. « On accuse les missionnaires de la société de n’avoir porté leur zèle » que dans des pays riches et commodes. Paraissez, pour justifier vos » apôtres, cannibales, Hurons, Iroquois, Canadiens, Illinois, nègros

Histoire générale des Antilles Tome 5 et 2 de la 2ème série. Suite  

Dessales A./Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Histoire générale des Antilles Tome 5 et 2 de la 2ème série. Suite  

Dessales A./Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Profile for scduag
Advertisement