Page 81

— 429 — des Caraïbes ; les couleurs données au zèle du père Lavalette Provenaient d’impostures inventées par les ennemis des jésuites. Ces explications, corroborées par un Mémoire dont le père La Valette s’était fait précéder, Mémoire déposé aux Archives, et qui, tout en sa faveur, mettait à nu soi disant l’état de la mission, avaient un peu calmé le mécontentement de la cour. Cependant, débarqué au Havre, arrivé à Paris en chaise de Poste, suivi de deux nègres et d’un laquais blanc, accueilli par ses frères, présenté à Versailles, où le crédit de son ordre le soutenait, le père Lavaletle n’avait encore pu, au bout d’une année, obtenir son retour aux îles, que lui et ses supérieurs de France sollicitaient. Ce retour, si longtemps retardé, mettait en péril les affaires de la mission, et, en 1755, les prières du père de Sacy ayant fléchi le roi, il fut permis enfin au père Lavalette de s’en retourner à la Martinique, avec défense de s’occuper de quelque sorte de commerce que ce fût (1). (1) Le ministre adressait, en janvier 1755, à Bompar et à Lefèvre de Givry, cette lettre, que nous extrayons du Code manuscrit de la Martinique. « Sur les représentations qui ont été faites par les supérieurs, eu » France, des missions des jésutes aux îles, pour le retour du père La» valette à la Martinique, le roi a bien voulu le permettre, et ce missionnaire doit s’embarquer incessamment. Mais Sa Majesté n’a ac» cordé cette permission, qu’à condition qu’il ne se mêlera plus d'aucun » commerce, et les supérieurs ont donné les plus fortes espérances à cet » égard. Le roi veut qu’ils se ferment dans l'exercice de leur ministère, » et c’est le véritable intérêt de la religion, qui ne pourrait que souffrir, » à tous égards, des soins qu’ils donneraient à des opérations qui ne sont » pas de leur état. Ainsi, Sa Majesté désire que vous veilliez à ce que, sous prétexte de l’administration de leur temporel, ils ne se livrent pas » à des entreprises de l’espèce de celles que l’on a reprochées au père » Lavalette ; et si ceux qui sont chargés de cette administration, ne se bornent pas à la vente des denrées de leurs habitations et à l'achat de » leurs provisions, suivant l’usage ordinaire de tous les habitants, vous » avertirez le supérieur de la mission d’y mettre ordre, et vous aurez » agréable de me rendre compte de l’usage qu’il fera de cet avis. Mais,

Histoire générale des Antilles Tome 5 et 2 de la 2ème série. Suite  

Dessales A./Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Histoire générale des Antilles Tome 5 et 2 de la 2ème série. Suite  

Dessales A./Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Profile for scduag
Advertisement