Page 6

— 354 — marchandise sur laquelle ses négociants avaient encore gros à gagner. N'ayant éprouvé aucune attaque extérieure durant la dernière guerre, la Jamaïque n’avait donc aucun dégât à réparer ; mais ce repos dont elle avait joui, et qui l’avait laissée intacte, lui fit d’autant plus regretter les suites d’un accident terrible, qui, le 28 septembre 1763, la priva d’une des forteresses les plus essentielles à sa défense. Ce jour, la foudre tombée sur le magasin à poudre du fort Augusta, en avait enlevé jusqu’à la dernière pierre, et avait tué trente blancs, tous officiers, et onze nègres. Cette perte, évaluée à cent cinquante mille livres sterlings, sans compter les poudres, fut promptement réparée (1). Les soins de l’Angleterre avaient nécessairement dû s’étendre sur toutes ses îles. Antigue, si importante, avait vu également renforcer ses garnisons et ses arsenaux; Saint-Christophe, moins importante, n’était confiée qu’à la garde de ses milices, et la Barbade avait été mise en mesure de revoir son ancienne prospérité. En 1763, la Barbade ne comptait plus que trente mille blancs; nous avons dit les causes de la décroissance de la population blanche dans celte île ; cependant, quoiqu’elle comptât cent mille noirs à celle même date, on comprend quelle devait être la sécurité de ses habitants. Aussi le gouvernement anglais n’y entretenait-il que quelques troupes pour la police intérieure. La culture et le commerce, protégés dans ces colonies, y laissaient les colons fort tranquilles sur l’avenir ; mais si, de leur côté, les Anglais de la métropole comptaient sur la prospérité de ces colonies, depuis si longtemps anglaises, ils avaient compris ce qu’il fallait faire pour leurs colonies conquises, afin de les tirer de la stagnation dans laquelle elles avaient si longtemps croupi. La Dominique, terre neutre jusqu’en 1763, vit de nouveaux colons aborder sur ses côtes, dès que le traité de paix en eut fait une île anglaise. Assignée, comme nous le savons aux Caraïbes, leur nombre ne se montait qu’à neuf cent trente-huit, dans l’île (1) Cazettes, 1763.

Histoire générale des Antilles Tome 5 et 2 de la 2ème série. Suite  

Dessales A./Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Histoire générale des Antilles Tome 5 et 2 de la 2ème série. Suite  

Dessales A./Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Profile for scduag
Advertisement