Page 26

374

avaient remis des fonds en garantie de concessions qui devaient leur être faites, et cependant rien encore n’était prêt en avril 1763. Thibault de Chanvalon, sur lequel Turgot, livré à ses plaisirs, se reposait des soins de l’expédition,avait compris que la chose essentielle, en arrivant sur une plage inculte et déserte, était de présenter un abri aux émigrants. Dans ce but, le départ de Préfontaine avait été arrêté pour le 1 mars. Arrivant à la Guyane vers la fin d’avril, il devançait la saison des pluies, mettait ses ouvriers à l’œuvre, agglomérait quelques Indiens, et les premiers colons qui le suivraient n’avaient plus à redouter l’ennui de leur installation, qu’ils trouveraient toute préparée. Mais Préfontaine, qui, déjà, avait éprouvé quelques retards funestes à Paris, par suite de la mauvaise volonté des employés de Rochefort, qui le tournaient en ridicule, qui soulevaient même contre lui l’opinion publique, se vit encore, dans celle ville d’où il devait s’embarquer, en butte à toutes les intrigues d’une administration routinière et soumise aux lenteurs de la bureaucratie. Il fallut négocier les choses les plus urgentes à son départ, mendier, en quelque sorte, les fonds qui étaient dus, soit à lui, soit à ses compagnons de voyage, et se passer de beaucoup de ces choses si utiles, tels qu’instruments d’arpentage, qu’on lui disait ne pas avoir ordre d’acheter ou de livrer. Le 17 mai 1763 néanmoins, après deux mois d’attente, de tracasseries et de dégoûts, Préfontaine avait mis à la voile, pour la Guyane, sur les bâtiments, la Comtesse-de-Grammont, le Jason et l’Américain, avec cent vingt-sept colons, des vivres, des effets et quelques outils propres à l’établissement de la colonie. Porteur, en outre, de trois cent mille livres, distraites d’un fonds de quinze cent mille livres destiné aux dépenses de la première année de cette nouvelle colonisation, ces trois cent mille livres affectées aux achats de bestiaux, aux défrichements et à la culture, Préfontaine mouilla, le 14 juillet 1763, dans la rade de Cayenne. La Guyane aurait pu s’émouvoir à l’annonce d’un renfort dont er

Histoire générale des Antilles Tome 5 et 2 de la 2ème série. Suite  

Dessales A./Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Histoire générale des Antilles Tome 5 et 2 de la 2ème série. Suite  

Dessales A./Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Profile for scduag
Advertisement