Page 250

— 598 — clésiastique, tendant à exiger des habitants les mesures utiles pour arrêter le fléau de la petite vérole qui ravageait les campagnes, à mettre de l’ordre dans les finances, à interdire aux mulâtres le droit de prendre les noms de leurs pères ( chose juste ) sans leur consentement, mais (chose injuste et absurde), à leur dénier les futiles qualifications de sieur et dame, vain hochet qui, placé devant leurs noms, ne rehaussait en rien leur origine, réglements en partie contenus aux Annales, auxquelles nous renverrons pour en prendre connaissance, vinrent encore, en 1773, rassurer les colons. Mais, ce qui, surtout, était fait pour attirer à Nozières la bonne grâce des colons, c’est que ses lettres au ministre demandaient une diminution d’impôts. La colonie souffrait alors des dégâts des fourmis ; on commençait à craindre la perte d'une plante, richesse première des colonies, et les hommes eux-mêmes se voyaient astreints à des précautions pour s’en préserver durant leur sommeil. Le fléau des sauterelles n’était plus une parabole terrifiante ; la Martinique, comme l'Égypte, comptait ses plaies, et celle-ci ne contribuait pas peu à en atterrer tous les habitants. Cependant, cet horrible fléau, produit par une de ces catastrophes auxquelles les colonies des Antilles sont sujettes, catastrophes qui leur ont valu les guêpes, entre autres insectes qui les rongent, cet horrible fléau, venu sans doute à la suite d’un ouragan, ne préoccupait pas encore le gouvernement. Les premières peintures des désastres des fourmis parvenues en France, on ne s’y était pas arrêté, et Nozières, ayant à s’occuper de la Guadeloupe , y passa, accompagné de l’intendant Tascher, en avril 1774, après avoir fait une tournée à Sainte Lucie. Le départ du marquis de Bouillé avait été, pour les colons de la Guadeloupe, un sujet de craintes nouvelles, et de griefs encore plus virulents contre le commerce de la Martinique. On avait cru un moment à cette indépendance qu’on réclamait à la Guadeloupe, et, en août 1771, le chevalier Dion avait pris, après l’embarquement du marquis de Bouillé, l’intérim de ce gouvernement.

Histoire générale des Antilles Tome 5 et 2 de la 2ème série. Suite  

Dessales A./Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Histoire générale des Antilles Tome 5 et 2 de la 2ème série. Suite  

Dessales A./Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Profile for scduag
Advertisement