Page 240

— 588 — quode rares navires, des rades où s’écoulaient de nombreuses cargaisons : des déserts à peine habités, des terrains fertiles, foulés par une population compacte. Néanmoins, les colons hollandais, comme nous l'avons dit, obérés envers la métropole, se voyaient la proie d’une juiverie plus juive que les juifs auxquels Surinam avait, en partie, dû sa prospérité. Dans cette colonie, où se trouvait agglomérée une population agissante, une ville florissanie attirait journellement de nouveaux colons. Paramaribo, dont les maisons élégantes se trouvaient entourées d’orangers, contenait cinq mille blancs, et un nombre presque double d’esclaves. Dans cette cité régnaient le luxe et la luxure, sa compagne habituelle. De nombreuses métisses, richement entretenues, y passaient leur vie dans la mollesse, à laquelle, peu à peu, elles avaient habitué ces riches colons. Et cependant, leurs habitations, peuplées de soixante-quinze mille esclaves, se voyaient constamment ravagées par quelques bandes de marrons, avec lesquelles le gouvernement lui-même s’était vu déjà plus d’une fois obligé de composer (1). Ce mal, dont les irruptions fréquentes se calmaient parfois cependant, fut aggravé par un horrible incendie qui, en 1763, détruisit presque tout Paramaribo. Les marins, en rade alors, suppléèrent à l’indolence des colons, et arrêtèrent un fléau que la main des esclaves dirigeait, et dont l’intensité semblait devoir tout consumer (2). Cet incendie ne pouvait être que le précurseur de nouveaux désastres, car la colonie de Berbice, dont les nègres en pleine insurrection, menaçaient la vie des citoyens, demandait un prompt secours. Surinam, atterrée, et par le fléau qui venait de la priver de tant de richesses, et par les craintes émises sur l’altitude que prenaient ses marrons, et par les bruits circulant sur leur réunion avec ceux de Berbice, ne pouvait guère parer aux malheurs qu’elle prévoyait, et par conséquent, ne pouvait se rendre aux vœux des colons de Berbice, qu’avec la plus grande circonspection. (1) Voyage à Surinam, vol. Ier, page 273 et 282. (2) Voyage à Surinam, vol. Ier, page 96.

Histoire générale des Antilles Tome 5 et 2 de la 2ème série. Suite  

Dessales A./Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Histoire générale des Antilles Tome 5 et 2 de la 2ème série. Suite  

Dessales A./Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Profile for scduag
Advertisement