Page 234

— 582 — rixes survenues aux frontières entre les Français et les Espagnols. Ces contestations, qui sans cesse tenaient sur pied des sentinelles, auraient pu prendre un caractère grave ; mais elles furent calmées par suite des procédés dont usèrent, dans leurs rapports, les agents de Nolivos et ceux du président de SaintDomingue. Ainsi donc, si sérieusement agitée, si gravement engagée dans des discussions fâcheuses entre les agents du pouvoir et les gouverneurs, discussions qui avaient été causes d’une révolte, SaintDomingue se voyait encore la proie des fléaux. En butte à la mauvaise disposition de l’Espagne, elle avait sans cesse à réprimer l’exigence de ses satellites, ou à surveiller l’empiétement de ses enfants. Mais si ces atteintes providentielles et extérieures étaient facilement réparées, l’extension de ses cultures-, qu elle n’arrêtait point, devenait pour l’Angleterre un sujet de graves préoccupations. Celte extension de culture ne pouvant avoir lieu que par le secours des nègres que Saint-Domingue allait chercher à la Jamaïque, devenait pourtant un sujet de commerce dont nos rivaux profitaient. Mais l’Angleterre pouvait-elle se contenter de ces bénéfices; pouvait-elle, poussée par sa politique envieuse, ne pas voir d’un œil jaloux le développement incommensurable de nos colons? Attaquée par sa base, dans ses colonies continentales, l’Angleterre, si intéressée au maintien de l’ordre et de la subordination, avait souri aux alertes que Saint-Domingue venait de procurer à la France ; elle avait espéré qu’une catastrophe viendrait en aide à ses souhaits, elle se fiait en l’avenir, elle attendait, et nous savons de quelle manière ses vœux furent réalisés. Nous laisserons Saint-Domingue se reposer des agitations que lui avaient values les troubles, les fléaux, et les discussions que nous avons énumérés, pour nous reporter vers le continent, où à la Guyane s'étalent, depuis 1765, passé des scènes qui méritent notre attention. La débâcle du Kourou avait plongé le gouvernement, qui avait compté sur la réussite de son projet, dans une perplexité bien grande. Les pertes de la guerre, qu’il avait espéré de con-

Histoire générale des Antilles Tome 5 et 2 de la 2ème série. Suite  

Dessales A./Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Histoire générale des Antilles Tome 5 et 2 de la 2ème série. Suite  

Dessales A./Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Profile for scduag
Advertisement