Page 216

— 564 — réotypée dans ses souvenirs, il les désigne à ses espions. Il les convoque, sous prétexte de s'éclairer de leurs conseils, donne une soirée splendide, prodigue des caresses à tous ceux que l'espoir du bonheur a rassemblés dans ses salons, et ayant eu l'attention de retenir adroitement ceux qu'il a résolu de sacrifier, dès que la foule écoulée le laisse seul avec eux, bourreau, il revêt sa robe de sang. Assis sur son tribunal, qu’entourent des satellites armés, La Freynière, le premier, est amené devant son juge implacable et jeté dans une prison. Jean Milhët, Joseph Milhët, son frère, Marquis, capitaine au régiment suisse de Hallwil, le chevalier de Noyant, ancien capitaine de cavalerie, Hardi de Bois-Blanc, conseiller, Doucet, avocat, Carèce, Poupet, négociants, et Pelit, riche marchand, sont arrêtés et détenus comme prisonniers d'État. De Mazan, de Villeray et Foucaud, intendant, dès le lendemain, sont impliqués dans un procès qu'on intente aux treize citoyens, dont le sort préoccupe toute une population atterrée. Un tribunal, que préside O’Relly, sans entendre la défense, condamne les prévenus. La Freynière, Pierre Marquis, Joseph Milhët, Jean-Baptiste Noyant et Pierre Carèce, comme fauteurs des troubles qui avaient occasioné le départ d’Ulloa, condamnés à mort, le 24 septembre 1769, sont fusillés le 26, et commandent eux-mêmes le feu que dirigent sur eux les satellites du bourreau auquel l’Espagne a confié sa vengeance. O’Relly, après ce supplice qui vient de frapper cinq martyrs, se transporte auprès de leurs cadavres, se repaît du résultat de son atrocité, constate les blessures qui ont privé de la vie ces victimes de sa rage, et fait exécuter en effigie de Villeray, qu’une mort inopinée avait dérobé à sa fureur. Jean Milhët, Poupet aîné, Mazan, Hardi de Bois-Blanc, Doucet et Petit, condamnés à une prison perpétuelle, et transportés à la Havane, sont précipités dans les souterrains du Morro. Foucaud, qui a dénié le pouvoir d’O’Relly sur un officier du roi, est embarqué pour France, et, renfermé à la Bastille par ordre supérieur, à la douleur de voir les ministres français prêter la main aux crimes des

Histoire générale des Antilles Tome 5 et 2 de la 2ème série. Suite  

Dessales A./Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Histoire générale des Antilles Tome 5 et 2 de la 2ème série. Suite  

Dessales A./Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Profile for scduag
Advertisement