Page 212

— 560 — avaient avisé au cas qui survenait. Leurs regards se portèrent alors vers la France, et une députation s'achemina vers Paris. Certes, une pareille conduite de la part du représentant de l'Espagne doit, sinon nous étonner, du moins nous amener à quelques réflexions. Les Louisianais, dont les sentiments patriotiques sont assez connus, passant sans émotion sous un pouvoir étranger, s’attiraient les reproches poignants dévolus aux gens insouciants, reproches dont les ennemis des colons sont toujours prodigues. Mais ce premier sentiment calmé, n’ayant pu émouvoir le cœur d’un ministre livré aux combinaisons d’une politique rétrécie, l’Espagne, à juste titre, pouvait compter sur le dévouement de cette race si mal appréciée. Dès lors, le rôle qu’Ulloa venait de jouer parut suspect, et la politique soupçonneuse de l’Espagne apparut ce qu’elle est : une politique dont la faiblesse se retrempe dans le despotisme. Craignant les suites d’un mécontentement si naturel, ayant à redouter l’attachement des sauvages pour la France, l’Espagne, en décorant un espion d’un titre honorable, avait voulu se renseigner sur les intentions des populations de la Louisiane. Le duel accepté entre Ulloa et les Louisianais, et la France intervenant, l’espoir et son baume consolateur rendaient à la vie tous ces cœurs ulcérés. Mais tandis qu’Ulloa, arrivé en quarante jours à Madrid, avait eu le temps de dépeindre les Louisianais comme des révoltés dignes de la corde, Nogent de Bienville, de Saintelette et le Sacier, députés de la Louisiane, exténués de fatigues, arrivaient, après trois mois d’une traversée pénible, dans un de nos ports. Présentés au duc de Choiseul et à son cousin, qui alors l’avait remplacé à la marine, l’accueil de ces derniers était fait pour leur faire espérer un changement. Hélas! ce court moment de joie ne devait point se prolonger, et le sacrifice consommé, dès la seconde entrevue que ces députés eurent avec nos ministres, ils apprirent que déjà la Louisiane, livrée à la rigueur des tribunaux exceptionnels, devait subir le châtiment de sa coupable résistance. Des regrets, des démonstrations bienveillantes, pa-

Histoire générale des Antilles Tome 5 et 2 de la 2ème série. Suite  

Dessales A./Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Histoire générale des Antilles Tome 5 et 2 de la 2ème série. Suite  

Dessales A./Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Profile for scduag
Advertisement