Page 205

— 553 — question coloniale. L'acte du timbre, révoqué par la chambre des communes, avait calmé les animosités des colons ; mais le parlement se réservant le droit de faire des lois obligatoires pour les colonies, les susceptibilités restèrent en éveil. William Pitt, lancé alors dans le parti populaire, avait déclaré que la résistance des colons était légale; on lui décerna des honneurs, des remercîments : et des adresses, qui contenaient les expressions les plus flatteuses pour le ministère, lui furent envoyées. L’harmonie allait-elle se rétablir? cet élan national, dont l’écho s’était répercuté des bords de la Tamise à ceux de la Delaware, allait-il mettre un terme à toutes ces animosités qui couvaient, prêtes à faire explosion? L’Angleterre, si prudente, alors qu’une révolution s’opérait dans ses colonies, allait elle diriger à son profit ce torrent, dont le débordement pouvait porter un coup si funeste à son commerce ? hélas ! les choses avaient été poussées si loin, que les esprits sages et clairvoyants ne voyaient, dans cette éclaircie momentanée, que le précurseur d’un orage effroyable. En effet, si de la métropole était partie une sympathie qui avait calmé les fureurs des colons, les rixes de leurs représentants avec les gouverneurs des diverses plantations, qui voulaient forcer des citoyens à loger chez eux les troupes venues de Londres pour les assujettir, brouillèrent de nouveau les cartes. La renommée se chargeant en outre de grossir les bruits sinistres qui traversaient les mers et qui apprenaient aux colons que Georges III, poussé par son favori, lord Bute, penchait pour la rigueur, remit encore les colonies du continent et la métropole en présence. Quelques démêlés fâcheux eurent lieu; mais lorsqu’en 1767, on sut que Towsend et Hilsborough avaient été, eux, les ennemis les plus acharnés des colonies, nommés, le premier chancelier de l’échiquier, et le second ministre des affaires coloniales, on s’apprêta généralement à une lutte organisée. La proposition de nouveaux impôts sur le verre, le papier, les couleurs et le thé, exaltèrent encore le mécontentement des

Histoire générale des Antilles Tome 5 et 2 de la 2ème série. Suite  

Dessales A./Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Histoire générale des Antilles Tome 5 et 2 de la 2ème série. Suite  

Dessales A./Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Profile for scduag
Advertisement