Page 187

— 535 — Bongars, comme nous le savons, toujours disposé à atténuer la conduite des habitants, n’avait pu, malgré ses dispositions bienveillantes, cacher à Rohan les bruits qui circulaient et les projets qui se mûrissaient. Sa conviction le portait pourtant à penser que l’ordonnance présentée au Conseil du Port-au-Prince, avec toutes les formes voulues, et après lui avoir demandé son concours, serait admise, sans difficulté, à l’enregistrement nécessaire, avant que son exécution pût avoir lieu dans les paroisses relevant de sa juridiction. Cet avis prudent étant suivi, pour peu que le Conseil du Port-au-Prince se regimbât, mettait tous les torts de son côté. Mais tandis qu’aux Gonaïves, la présence de Rohan réprimait les menées de quelques agitateurs, tandis que des arrestations arrachaient quelques citoyens paisibles de leurs habitations, la concession de la Gonave, faite, en août 1768, par le roi, au marquis de Choiseul, fils du duc du même nom, en rappelant les craintes déjà émises au sujet de la Tortue, donnait essor au mécontentement et des habitants, et des commerçants de l’ouest et du sud de Saint-Domingue. Ces deux districts, se souvenant encore des troubles de 1723, mais oubliant peut-être trop la différence qui existait entre l’état où se trouvait alors Saint-Domingue et celui que lui avaient fait les nombreux affranchissements d’esclaves et l’immense introduction des nègres de traite, des billets séditieux sont lancés, des agents secrets parcourent les campagnes, et tout prend un aspect hostile. Rohan est prévenu de la physionomie sous laquelle se présentent les choses, sa conscience se sent ébranlée, les ordres du roi sont positifs, ses pouvoirs sont sans bornes, mais ,1a colonie, démunie de troupes, n’ayant que deux frégates dans ses ports, d’après les rapports anonymes qui lui sont transmis, paraît décidée à secouer le joug. En présence de ce qui se passe, il comprend, mais trop tard, que l’appui du Conseil du Port-au-Prince peut seul parer aux désordres qu’il redoute; il se transporte alors dans celte ville, convoque son Conseil, s’y présente le 14 octobre 1768, et malgré son discours, sur de vains prétextes de

Histoire générale des Antilles Tome 5 et 2 de la 2ème série. Suite  

Dessales A./Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Histoire générale des Antilles Tome 5 et 2 de la 2ème série. Suite  

Dessales A./Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Profile for scduag
Advertisement