Page 147

495

sa politique, ne pouvait que compromettre l’autorité que le roi lui avait confiée. D’Estaing lui-même, fatigué de tous les assauts qu’il avait soutenus, comparant, dans son Mémoire au roi, du 12 mai 1765, sa vie à celle d’un postillon, avait demandé son rappel, et SaintDomingue allait sous peu se voir livrée aux mains d’un nouveau gouverneur. Magon lui-même, ennuyé des lenteurs que portaient ses administrés et dans l’exécution de ses ordonnances, et dans la perception des impôts, encouragés qu’ils étaient par l’opposition systématique et atrabilaire des Conseils Souverains et des chambres d’agriculture, avait demandé son rappel. Une ère nouvelle s'apprêtait donc pour Saint-Domingue. Privée de nègres, celle colonie vers laquelle, pour les mêmes causes que nous avons déduites dans notre chapitre précédent, ne s’acheminaient que rarement des négriers français, se pourvoyait à la Jamaïque des bras dont elle avait besoin. Le commerce, auquel d’Estaing avait accordé un appui contre les habitants, se montrait d’une exigence telle, que les colons, attirant à eux les produits anglais, refusaient d’avoir des rapports avec la métropole. Cette peinture était faite pour effrayer un ministère, dont les vues tendaient évidemment à la reconstitution de nos colonies ; aussi des instructions détaillées s’élaboraient dans les bureaux devaient être remises au successeur de d’Estaing. En les analysant, nous aurons occasion de nous étendre sur leur opportunité ; mais ce qui nous prouvera qu’en 1765 le mal, à SaintDomingue, provenait d’une fausse organisation, et de ce que les Pouvoirs, ne s’entendant point, poussaient au désordre, c’est qu’au milieu de toutes ces agitations une comédie se fondait au Cap, dans laquelle se réunissait, plusieurs fois la semaine, l'élite de la société de Saint-Domingue (1). (1) Moreau de Saint-Méry, dans sa Description de la partie française de Saint-Domingue, nous apprend que le gouverneur Bory, ayant rencontré Jean-Jacques Rousseau dans un café de Paris, crut lui faire un compliment, en lui disant qu'il avait vu jouer son Devin du

Histoire générale des Antilles Tome 5 et 2 de la 2ème série. Suite  

Dessales A./Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Histoire générale des Antilles Tome 5 et 2 de la 2ème série. Suite  

Dessales A./Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Profile for scduag
Advertisement