Page 121

— 469 — nos armées. Possédant une habitation à la Guadeloupe, il l’avait abandonnée pour passer à la Martinique, où il avait encore combattu les Anglais. Bourlamarque demanda pour cet officier la croix de Saint-Louis, distinction qui, du moins celte fois, fut accordée au courage et au mérite (1). Il était juste qu’après avoir puni ceux qui le méritaient, on récompensât les braves ; mais si ces preuves d'intérêt, données en détail à quelques autres colons qui s’en étaient rendus dignes, prouvaient le cas que ce gouverneur faisait de leurs services, il ne négligeait pas d’autres choses plus essentielles au maintien de l’ordre dans son gouvernement (2). La justice y avait été réglée. Le procureur-général Coquille (3). appelé en France en 1763, et accusé de s’être trop pressé de signer la capitulation de la Guadeloupe, y avait été renvoyé absous, et prêtait de nouveau son concours à Bourlamarque. De Peynier, de son côté, établissait une maréchaussée à la GrandeTerre, devenue la proie de quelques nègres marrons, et, se réunissant à son chef, demandait au ministre qu’une frégate restât toujours en station à la Basse-Terre (4). Devenue un gouvernement indépendant, la Guadeloupe réclamait cet appui d’autant plus que les Anglais faisaient encore, à celle date de 1764, quelques difficultés pour la restitution de de beaucoup de nouveaux titrés, ne prennent que rarement le titre de comte, quoiqu'il soit depuis longtemps leur apanage. (1) Cartons Guadeloupe, 1764, Archives de la marine. (2) Les autres officiers des milices, auxquels cette faveur fut accordée, étaient au nombre de quatre, à savoir : Guillaume le Mercier de la Clertière, Jean-Baptiste Thyrus de Pautrizel, Roland le Vassor de la Chardonnière, et Jean-Baptiste Ferrers. (3) La famille Coquille a fourni à la Guadeloupe des hommes distingués, et qui ont, dans l’histoire de cette colonie, figuré autant que les Dubuc dans celle de la Martinique. Un dicton vulgaire disait que les Coquille étaient à la Guadeloupe, pour l’esprit, ce qu'étaient les Dubuc à la Martinique. Le procureur-général, dont il est ici question, était, frère du célèbre Coquille Dugommier, dont le nom est associé à celui de tant de braves. (4) Cartons Guadeloupe, 1764, Archives de la marine.

Histoire générale des Antilles Tome 5 et 2 de la 2ème série. Suite  

Dessales A./Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Histoire générale des Antilles Tome 5 et 2 de la 2ème série. Suite  

Dessales A./Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Profile for scduag
Advertisement