Page 118

— 466 — les maîtres, les précurseurs de tous ceux que, dans quelques années, nous verrons se présenter au combat, sapant tout principe de justice, tout principe d'équité, attaquant les colons pour abolir l’esclavage, mentant à l’histoire pour ameuter contre les colonies les idées mal comprises d’une liberté dont elles ne jouissent pas encore après toutes les phases révolutionnaires par lesquelles la France a passé. Pour l’œil perspicace qui alors aurait sondé l’avenir, serait dès lors apparue la lutte qui devait s’engager entre les métropoles et leurs filles; car tandis qu’en Angleterre quelques brochures semaient les levains de l’abolition de la traite d’abord, et de l’esclavage ensuite, en France, venait de paraître, en 1764, sous le titre de : Dissertation sur la Traite et le Commerce des Nègres, un livre qui tendait à prouver que l’esclavage découlait d’une source divine. L’auteur de ce livre, J. Bellond, de Saint-Quentin, avec ces remords, une pansée philantropique, qui ne tendait pas à dépouiller les maîtres de leurs esclaves, mais à les éclairer sur la nature d’une possession qu’il condamnait. Ses travaux pour l'abolition de l' esclavage sont ceux d’un chrétien fervent. Ils feraient honte, partant d'un quaker, au zèle de nos catholiques abolitionnistes, qui, de nos jours, dans cette question, ont vu le moyen de se faire un nom. (Voir le Mémoire de Jean Wolman, publié à Paris en 1823, chez Cellot.) Benezet était d’origine française. Ses parents, passés en Amérique lors des persécutions contre le protestantisme, l’élevèrent dans leurs principes. Benezet s'agrégea aux quakers et prêcha l’abolition de la traite et de l’esclavage. Il ouvrit à ses frais, à Philadelphie, une école pour les noirs, qu’il dirigea pendant quarante ans. Ceux qui voudraient avoir une ample connaissance de ses travaux et de ceux des quakers, peuvent recourir à une brochure écrite par lui, sous le titre de : Observations sur l'Établissement, en Amérique, de la Société des Quakers, brochure réimprimée à Paris, chez Cellot, en 1822. Benezet a laissé nombre d’écrits sur l’esclavage et sur les dogmes de l'Église réforméeDes Mémoires sur la vie de Benezet, publiés par M. Robert Vaux, en 1824, compléteront les notions que l’on pourrait désirer d’avoir sur cet apôtre do l’émancipation des noirs dans l’Amérique septentrionale. Mort en 1784, Benezet avait vu, en partie, se réaliser le rêve de toute

Histoire générale des Antilles Tome 5 et 2 de la 2ème série. Suite  

Dessales A./Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Histoire générale des Antilles Tome 5 et 2 de la 2ème série. Suite  

Dessales A./Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Profile for scduag
Advertisement