Page 104

452

la marine de Louis XIV, avaient su non-seulement repousser l’Anglais, mais encore l’entamer chez lui. Or, la France, en 1764, croyant réparer ce que l’imprévoyance de ses hommes d’Etat avait valu de désastres à notre marine et à nos colonies, sans songer à offrir des encouragements au commerce et à l’agriculture, se voyait entraînée dans des dépenses qui également pesaient sur les colons, sur lesquels furent prélevés de nouveaux impôts (1). Ces impôts, nécessairement, devaient faire crier l’habitant, déjà malheureux par tant de causes, et le devoir des autorités, résidant sur les lieux, était de rétablir un équilibre si gravement ébranlé par la guerre el les fléaux qui en naissent. Le marquis de Fénelon et le Mercier de la Rivière avaient froidement analysé les causes de la stagnation dans laquelle végétait la Martinique depuis le départ des Anglais. D'abord les dettes que la guerre et la famine avaient accumulées devenaient le sujet de plaintes sans cesse renaissantes. L’habitant, que la bonne loi dirigeait, se berçait de l’espoir de payer ses dettes comptant sur des achats de nègres, et ceux qui, à de bien rares intervalles, arrivaient dans l’île, étaient vendus à des prix excessifs. Puis le commerce de France, qui n’avait pu encore, en 1764, s’organiser, laissait le pays dépourvu des choses les plus essentielles. Pour parer aux éventualités malheureuses qui surgissaient de cet état de choses, le marquis de Fénélon avait proposé la saisie réelle et la prise de corps contre les habitantsCelte mesure aurait surtout atteint les hommes de mauvaise foi, ceux qui sont toujours prêts à s’abriter derrière des malheurs faux ou réels pour ne point payer leurs dettes. Mais le marquis de Fénélon trouvait des adversaires dans la chambre d’agriculture, que Dubuc de Sainte-Preuve , habitant de la Trinité, diri(1) Code manuscrit Martinique, 1764, page 41, Archives de la marine. On pourra recourir au Code imprimé de la Martinique, pour avoir tous les détails des impôts qui furent alors prélevés sur les colons de la Martinique et le mode que le gouvernement suivit dans leur perception

Histoire générale des Antilles Tome 5 et 2 de la 2ème série. Suite  

Dessales A./Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Histoire générale des Antilles Tome 5 et 2 de la 2ème série. Suite  

Dessales A./Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Profile for scduag
Advertisement