Page 36

28

celte dernière guerre, avait été le théâtre des combats que nos vaisseaux avaient livrés aux vaisseaux anglais, Saint-Domingue, où ces derniers avaient fini, à force de persévérance et de ruse, à planter leur drapeau, était témoin des scènes déplorables provenant de la mésintelligence des chefs appelés à gouverner cette colonie si intéressante et si utile à la prospérité commerciale et maritime de la France. De Conflans avait, comme nous l'avons dit, fait enregistrer ses pouvoirs au Conseil du Cap, et, après des temps aussi malheureux , il avait à prendre bien des mesures pour rétablir la marche des choses. Le désastre de Saint-Louis avait motivé le jugement de Buttet, gouverneur de la partie sud de Saint-Domingue, et ce poste devait être confié à de Vaudreuil, dont l’exigence et la mauvaise humeur entraînèrent des discussions que nous relaterons, après avoir jeté un coup d'œil rapide sur l’état général où se trouvait Saint-Domingue au sortir de la guerre. Certes, si la rivalité de l’Angleterre devait, sur un point foulé par des Français, se faire ressentir, ce devait nécessairement être à Saint-Domingue, où notre puissance prenait un accroissement qui l’inquiétait à plus d’un litre. D’abord et avant tout, l’Angleterre trouvait Saint-Domingue un voisinage funeste pour ses établissements de la Jamaïque ; de là étaient venues les alliances momentanées de l’Espagne et de l’Angleterre ; de là avaient surgi les malheurs qui avaient accablé les colons de cette île. Mais si , grâce à l’énergie des colons, le passage des ennemis et leurs dégâts avaient été promptement oubliés après les désastres que nous avons racontés, en 1749, la nature du mal était moins remédiable, l’opulence et la mollesse ayant déjà commencé à remplacer, à Saint-Domingue, ce besoin de mouvement, cette activité de travail, qui avaient valu à la France la plus puissante colonie des Antilles. Les nègres, en un mot, avaient remplacé les blancs dans la culture, et leurs bras, qui avaient enrichi le sol de nos colonies, n’avaient pu, dans la défense, apporter le même zèle, ni la môme force. L’esclavage avait remplacé les engagements; le nombre des êtres vivant sur

Histoire générale des Antilles Tomes 5 et 2 de la 2ème série  

Dessales A./Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Histoire générale des Antilles Tomes 5 et 2 de la 2ème série  

Dessales A./Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Profile for scduag
Advertisement