Page 35

— 27 — J'ai aussi la satisfaction de ne presque plus recevoir de plaintes contre les missionnaires desservant les cures, ni d’eux contre leurs paroissiens, et j’y remédie, lorsqu’il le faut, avec leurs supérieurs, assez facilement et sans éclat (1). » Ce tableau, que nous ne présentons ici que dans l’intention de portera réfléchir ceux qui, de France, veulent gouverner nos colonies, ne sera point assombri par le narré des nombreux scandales auxquels donne sujet le clergé actuel de nos colonies. Nous ne nous répéterons pas non plus, mais nous serons heureux si, par nos recherches, nous appelons ceux qui ont le pouvoir en main à méditer le mal que nous valent les prêtres séculiers, et à mettre ce mal en balance avec le bien que nous vaudraient les religieux ; les religieux que l’esprit de fortune et de rapine n’animait point, et qui, du reste, comme nous l’avons dit, se trouvaient soumis aux lois qui réglaient leurs fortunes, ainsi qu’à la surveillance de leurs supérieurs. Cependant, de Lafond, que nous savons revêtu du pouvoir suprême, à la Guadeloupe, ne voyait pas du même œil que Marin l’état de cette colonie. Depuis dix-neuf ans lieutenant de roi à la Guadeloupe, on pouvait supposer que de Lafond connaissait le pays sous toutes ses faces ; mais, endetté de tous côtés, l’intérêt particulier, qui agissait chez lui, le portait à ne voir la prospérité de celte colonie que dans ses rapports avec l’étranger. Les ordres du ministère étaient positifs ; et de Lafond ayant écrit en cour pour prouver que le commerce étranger, si nuisible à la Martinique, aux négociants métropolitains qui, directement traitaient avec cette colonie, ne leur porterait aucun tort à la Guadeloupe ; on suspecta ses actes. De plus, se méfiant de ses rapports avec de Caylus, dont il avait vanté la générosité, le ministre de Rouillé, qui avait accueilli de Clieu , pressa son retour en son gouvernement, dans lequel il reprit poste vers la fin de 1750. A celte date de décembre 1750 , Saint-Domingue, qui, dans » » » »

(1) Cartons Guadeloupe, 1749, Archives de la marine.

Histoire générale des Antilles Tomes 5 et 2 de la 2ème série  

Dessales A./Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Histoire générale des Antilles Tomes 5 et 2 de la 2ème série  

Dessales A./Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Profile for scduag
Advertisement