Page 347

— 339 — et du courage qu’ils avaient déployés au siège de la Guadeloupe. Mais alors que chacun se laissait aller à l’espoir de temps meilleurs ; alors que l’on ne s’occupait que de cet avenir sur lequel, complaisamment, on arrêtait ses regards, la cherté des vivres vint troubler ce bonheur lointain. Les officiers en garnison à la Guadeloupe, furent les premiers à porter des plaintes. Ces plaintes, en opposition avec les intérêts du commerce métropolitain, tendaient à faire ouvrir les ports de l’île aux vivres étrangers, et, malgré l’urgence du cas, des ordres sévères furent transmis aux gens chargés d’empêcher la contrebande. Le duel avait recommencé, dès lors, entre la métropole et les colonies. L’habitant, poussé à bout, et faisant chorus avec l’officier trop peu rétribué pour pouvoir vivre, prêta la main aux transactions clandestines, et le commerce hurla. Les fermiers-généraux réclamèrent même des droits sur les sirops et les tafias donnés en échange des bois et des bestiaux introduits, par la voie des étrangers dans nos colonies. Il fallut recourir alors à l’autorité royale pour régler cette question (1). Ce moment d’orage se calma, et la Guadeloupe, en 1764, vit, momentanément, le gouvernement général des îles du Vent réuni entre les mains de son gouverneur. Comme nous le voyons, les hommes auxquels était remis le soin de diriger nos colonies, avaient bien des plaies à calmer ; et si la Martinique et la Guadeloupe avaient occupé le ministère, Saint-Domingue, quoique restée à la France, avait aussi attiré les regards des hommes chargés des rênes de l’Etat. Pour donner une bonne direction à ce char si facile à embourber, il faut, avant tout, que le coup d’œil du maître serve de boussole à ceux sous lui, le lancent dans la voie. Hélas ! nous le savons, Louis XV ne voyait point par ses propres yeux, et le char, embourbé chaque jour, se plongeait dans la fange. Cependant, en 1763, l’esprit colonisateur s’était réveillé en France; on sentait (1) ) Voir les Annales, où il est longuement question de ce droit.

Histoire générale des Antilles Tomes 5 et 2 de la 2ème série  

Dessales A./Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Histoire générale des Antilles Tomes 5 et 2 de la 2ème série  

Dessales A./Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Profile for scduag
Advertisement