Page 346

— 338 — et une escouade, commandée par un sergent, aux Saintes. Ces deux îles, plus rapprochées que la Guadeloupe des possessions anglaises, demandaient une surveillance active, et Bourlamarque, n’ayant pas cru devoir suivre l’injonction à lui faite, fut approuvé du ministre. Par ces détails, et bien d’autres dans lesquels nous ne pouvons entrer, par la bonne harmonie que Bourlamarque sut établir dans ses relations avec l’intendant Peinier, avec le commandant Copley, avec les autres pouvoirs subalternes de son gouvernement, ce gouverneur promettait aux colons de la Guadeloupe un âge d’or. Les habitants privés d’armes en furent munis aux frais du Trésor ; et si, exact à exécuter ses ordres, il avait usé de rigueur envers de Baulés, qu’il avait fait embarquer pour France, de Galard, du Parquet (1) et Jorna furent récompensés du zèle (1) Du Parquet, major-général des troupes de la Guadeloupe, lors du dernier siège, avait été acquitté par un conseil de guerre. Bourlamarque le recommandant au ministre, lui disait dans sa lettre du 4 août 1763: « M. du Parquet, principalement, réclame vos bontés. Il est pauvre » et chargé d'une famille nombreuse. Il descend des premiers gou» verneurs et propriétaires de la Martinique , et mérite une récora» pense. » Déjà, comme nous le voyons, les membres de cette famille étaient pauvres en 1763. Nous avons connu, à Saint-Pierre Martinique, les derniers rejetons du brave et immortel d'Enambuc; nous les avons connus presque sans fortune. L’un d’eux a disparu sur son habitation, sans que les perquisitions faites par la justice aient mis sur les traces de sa disparition; les autres sont morts sans enfants. Les du Parquet sont donc éteints dans nos colonies, et cependant ce nom est porté par dés gens qui l’ont pris. On sait quelle était la dérision des titres à Saint-Domingue, sous le roi Christophe. S'il n'y a plus de marquis de la Limonade ou de ducs de la Marmelade à Saint-Domingue, peut-être un jour verrons-nous figurer, à la Martinique, le titre de marquis d’Enambuc. Ce que nous pouvons certifier, c’est que si les du Parquet sortaient du cercueil, ils .Le 15 novembre 1763, sur les remonrenieraient pareils héritiers trances du procureur-général de la Guadeloupe, il fut lancé, par le Conseil, une ordonnance pour forcer les mulâtres à quitter les noms des blancs, noms qu’ils avaient pris illégalement. (Code manuscrit Guadeloupe, 1763, page 557, Archives de la marine.— Voir les Annales à ce sujet.)

Histoire générale des Antilles Tomes 5 et 2 de la 2ème série  

Dessales A./Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Histoire générale des Antilles Tomes 5 et 2 de la 2ème série  

Dessales A./Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Profile for scduag
Advertisement