Page 34

26

sequestration des lépreux à la Désirade, firent enfin, peu à peu, disparaître les craintes que l’on avait conçues sur l’avenir d’une population à laquelle, en 1749, on semblait encore porter quelque intérêt. Telle avait été la physionomie de la Guadeloupe vers les derniers temps de la guerre , physionomie dont le côté hideux s’était prolongé jusque vers le milieu de l’année 1749. Mais comme le calme s’était rétabli, et comme encore la protection accordée au commerce français avait engagé les négociants métropolitains à visiter parfois celte colonie, Marin, son ordonnateur, se félicitait des résultats qu’il avait observés, et, en rendant compte au ministre de Rouillé de la situation de l’île, il faisait espérer qu’avec le temps, tous les maux qu’elle avait eu à souffrir disparaîtraient. Le zèle des missionnaires, zèle qu’il consignait par des paroles louangeuses, avait coopéré à la tranquillité dans laquelle s’étaient maintenus les nègres, tranquillité que les supplices n’avaient point obtenue, et qui doit nous prouver, aujourd’hui qu’une transformation sociale menace les colonies, de quels poids sont les exhortations religieuses sur l’esprit des nègres. Mais si les prêtres de nos colonies, alors, par leur affabilité, par leurs encouragements, par leurs paroles toutes de consolation, prêchaient l’Évangile et la patience aux esclaves, leur conduite ne faisait point la critique de leurs paroles, comme nous pourrons nous en convaincre par les lignes suivantes, que nous empruntons au mémoire de l’ordonnateur Marin, adressé au ministre, et portant la date du 20 juin 1749. « Les ordres religieux ont à leur tête des supérieurs remplis » de mérite et de bonnes intentions. Ils sont attentifs à ne » faire paraître aucune différence de sentiments ni de maximes. » Uniquement occupés des soins spirituels qu’ils remplissent » avec beaucoup de travaux et d’édification, et des attentions au » temporel, qu’exige le maintien de leurs missions, ils vivent » très bien ensemble, se visitent souvent, et ajoutent aux règles » de la bienséance, des témoignages d’une estime réciproque.

Histoire générale des Antilles Tomes 5 et 2 de la 2ème série  

Dessales A./Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Histoire générale des Antilles Tomes 5 et 2 de la 2ème série  

Dessales A./Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Profile for scduag
Advertisement