Page 333

— 325 — nique, reçus le 11 juillet 1765 au Conseil, un Te Deum solennel fut chanté dans l’église du Fort-Royal, où assistèrent tous les corps d’étal du pays, la noblesse et le peuple. Le 12 juillet, tout était rentré dans l'ordre:, mais, comme on le pense, tant de secousses avaient ébranlé l’assiette sur laquelle reposaient les bases de la Martinique, qu’il était urgent de reconstituer une colonie si importante. Le marquis de Fénélon, le Mercier de la Rivière et les nouveaux pouvoirs de l' île, se concertant et s’entourant des lumières du Conseil, des habitants et du commerce, lancèrent quelques ordonnances nécessaires après ces temps de crise. Les milices, supprimées sous le gouvernement anglais, avaient laissé les paroisses sans officiers pour les commander ; les commissaires de paroisse faisant fonctions de maires, furent institués. Des règlements sur le droit des boulangers furent lancés; une troupe d archers fut créée pour remplacer la maréchaussée; les actes de justice faits sous la domination Anglaise furent sanctionnés, et une imposition pour le payement des dépenses extraordinaires pendant la guerre fut prélevée sur l' île entière. Ces règlements, ces ordonnances, se trouvant complètement relatés aux Annales, il sera facile d’en prendre connaissance , et nous y renverrons, nous occupant plus particulièrement de la physionomie intime du pays, à cette date de 1763. L’école faite par le marquis de Fénélon , qui, mouillé en rade du Fort-Royal, s’était vu astreint à rester à son bord, avait prêté à quelques propos, et l’amour-propre du gouverneur, froissé dans cette circonstance, avait entraîné quelque animosité dans ses rapports avec le Mercier de la Rivière et Saint-Mauris. Ces Propos, répétés dans un public disposé à les mal interpréter, avaient fait craindre au marquis de Fénélon une réception froide à Saint-Pierre. Mais son zèle à parcourir les postes du Fort-Royal, les fortifications qui défendaient la ville, et à reconnaître les lieux où nos troupes avaient combattu, lieux destinés à recevoir plus tard des travaux que devait conduire l ingénieur Rochemore, lui valurent un accueil tout autre que celui

Histoire générale des Antilles Tomes 5 et 2 de la 2ème série  

Dessales A./Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Histoire générale des Antilles Tomes 5 et 2 de la 2ème série  

Dessales A./Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Profile for scduag
Advertisement