Page 300

292

L’alarme, promptement répandue à Saint-Domingue, avait rassemblé sur les côtes toutes les milices de la colonie. Au nombre immense de voiles qui, sur l’horizon, perlaient, on pouvait prévoir des combats en règle, une attaque en forme; mais, dès le soir du même jour, la tranquillité fut momentanément rendue aux colons. Pocok avait viré de bord ; et, après avoir rallié, en vue du môle Saint-Nicolas, les renforts de la Jamaïque, il cinglait vers le canal de Bahama. Une crainte dominait les conquérants futurs de la Havane. L’entreprise qu’ils allaient tenter était hardie, périlleuse ; mais si les Français avaient eu le temps de se joindre aux Espagnols, ils comprenaient combien plus elle offrirait alors de difficultés à vaincre. Cependant, Pocok en se décidant à passer parmi les écueils de Bahama ne s’était pas dissimulé les dangers d’une navigalion d’autant plus à craindre que, dans les parages de Cuba, stationnaient quelques vaisseaux espagnols. Sa flotte, composée de vingt-six vaisseaux de guerre, de quinze frégates et de deux cents navires de transport, offrait une ligne facile à surprendre, mais, ayant donné à chaque commandant des signaux de reconnaissance, et ayant, dans les îles qui se trouvaient sur sa route, recruté les pilotes les plus habiles, il espérait surprendre la Havane, dont l’Angleterre avait résolu de s’emparer. Le but de l’Angleterre, en portant la guerre dans l’Amérique espagnole, était évidemment un but mercantile; on pouvait donc supposer que les colonies espagnoles du continent américain auraient eu la préférence, mais l’expérience du passé avait dégoûté de ces entreprises, et à Londres, il avait été arrêté que Cuba serait attaquée. Cette île passée sous le drapeau de la Crande-Bretagne, elle en restait paisible possesseur, sans avoir à redouter la vengeance des colonies voisines, chances que l’on n’avait pas sur le continent, qui, d’ailleurs, occupé à la guerre sourde que se faisaient les colons anglais et espagnols, ne pouvait porter aucun secours à Cuba. Puis enfin, les Anglais, primant dans le golfe du Mexique,

Histoire générale des Antilles Tomes 5 et 2 de la 2ème série  

Dessales A./Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Histoire générale des Antilles Tomes 5 et 2 de la 2ème série  

Dessales A./Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Profile for scduag
Advertisement