Page 253

245

symbole de la protection d’une mère puissante, furent un présage de victoire ; des cris se firent entendre; on se promit une moisson de lauriers ; mais, hélas! vaine espérance, trompeuses illusions ! le soir, on apprit, par un déserteur, que les Anglais , maîtres du Canada, après la reddition de Montréal et l'embarquement de nos troupes, joignaient aux dix huit mille hommes qu’ils avaient destinés à la conquête de la Martinique, quinze cents volontaires des Treize-Plantations et plusieurs régiments de travailleurs nègres restés à la Barbade, faute de vaisseaux Pour les transporter. C’était le coup de massue qui terrasse ; c’était l’éclair auquel succède la tempête, et les colons, déjà découragés, ne pouvant Plus s’approvisionner, voyant leurs côtes surveillées, leurs habitations pillées, se demandèrent si les secours promis n’étaient point un appât trompeur, que leurs chefs leur lançaient pour soutenir teur courage abattu. Mais si ces réflexions naissaient dans le cœur des colons ; si les regards qu’ils portaient vers la France étaient ceux de l'eniant qui accuse sa mère, bien des motifs leur faisaient un devoir de tenir ferme en face de l'ennemi. Le Vassor de Latouche comprit, à celte heure, que des récompenses pouvaient produire un bon effet. Usant de ses pouvoirs discrétionnaires, plusieurs braves furent faits chevaliers de Saint-Louis; et, profitant de l’ardeur que chacun semblait devoir porter au combat, pour mériter cette flatteuse distinction, il s’apprêtait à conduire contre les Anglais deux mille volontaires et douze cents hommes de troupes, afin de les chasser du Poste des Anses-d’Arlets, où ils semblaient élever des batteries et construire des redoutes, lorsque, le 16 janvier, la flotte entière, après avoir embarqué toutes ses troupes, fut signalée à l’entrée de la baie du Fort-Royal. Le cas devenait grave, et d’autant plus grave, que l’Anglais n’avait rien à redouter : pas un navire ne pouvait lui disputer ce Passage. Libre de ses manœuvres, fort de sa supériorité, à quoi se résoudrait il ? Attaquerait-il, d’emblée, le Fort-Royal ? em-

Histoire générale des Antilles Tomes 5 et 2 de la 2ème série  

Dessales A./Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Histoire générale des Antilles Tomes 5 et 2 de la 2ème série  

Dessales A./Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Profile for scduag
Advertisement