Page 195

187

l'inhabilité des pilotes embarqués sur l’escadre de Bompar. Tout donc avait coopéré à écraser le noble courage des colons de la Guadeloupe; et alors qu’avec une résignation muette ils subissaient les conséquences d’un abandon coupable, et de la part de la France, et surtout de la part du chef suprême des Antilles du Vent, un orage s’amoncelait contre eux. Victimes de l’Anglais, dont les procédés, depuis la capitulation, tendaient cependant à leur faire oublier les dégâts de la conquête, nos colons de la Guadeloupe devenaient le sujet de mordantes satires. Nadau, accusé, cherchait à se blanchir; et, pour le faire d’une manière plus profitable, il rejetait sur les habitants ce que la nécessité lui avait fait considérer comme un devoir, alors qu’il consentait à leur capitulation. Mais si, à la Martinique, quelques esprits prévenus cherchaient à noircir les colons de la Guadeloupe; si les accusations dirigées contre Nadau ; si les reproches que déjà l’on glissait contre de Beauharnais, formaient des partis, à la Guadeloupe, les préparatifs que les Anglais faisaient, donnaient à penser que leurs projets de conquête ne se borneraient pas à cette épreuve. C’était à la Martinique qu'ils en voulaient. Ignominieusement chassés de cette île, qu’ils avaient espéré asservir, après trois mois de persévérance ruineuse, ils avaient vu la Guadeloupe tomber devant eux. Ils avaient un pied sur nos Antilles, et, semblables au colosse de Rhodes, ils ne pouvaient se considérer solides sur ce terrain , que lorsque leur second pied aurait, pour piédestal, ce centre de notre puissance coloniale dans le golfe du Mexique. La Guadeloupe, si voisine de la Martinique, devenait importante à conserver, et les Anglais, avant tout, comprenant que leurs projets contre nos autres colonies n’auraient de chances de réussite qu’autant que les colons de la Guadeloupe ne leur donneraient aucune inquiétude, s’attachèrent surtout à ne pas les mécontenter. Dés la fin de 1759, ils opérèrent des rassemblements de troupes, qui donnèrent à penser que, sous peu, une nouvelle conflagration aurait lieu.

Histoire générale des Antilles Tomes 5 et 2 de la 2ème série  

Dessales A./Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Histoire générale des Antilles Tomes 5 et 2 de la 2ème série  

Dessales A./Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Profile for scduag
Advertisement