Page 191

183

nous, ferait aux colons cet avantage , mais pouvait-on espérer que cet avantage leur serait fait précisément en considération de leur belle défense pendant trois mois (l)? Et cependant, des voix s’élevèrent pour crier à la trahison Nadau, obligé de suivre l’impulsion donnée par les habitants, régla aussi, de son côté, une capitulation, pour lui et pour les troupes royales. Nadau fut transporté à la Martinique ; son épée lui fut conservée; les troupes eurent permission de retourner en France ; elles sortirent de leurs retranchements avec les honneurs de la guerre. Et Nadau , dont nous avons blâmé la morgue d’abord, et l’inaction ensuite, fut mis en jugement à son arrivée à la Martinique; il fut accusé d’avoir vendu, à prix d’argent, le pays aux Anglais (2). Il fut traîné en prison, sa croix de (1) Copié littéralement de la pièce originale déposée aux Archives de la marine, et relatant la capitulation des habitants de la BasseTerre. (2) Des chansons furent faites sur Nadau , et des satires mordantes et injustes circulèrent sur son compte. Nous citerons ces vers, qui prouvent la haine dont il fut momentanément la victime. Te voilà donc, Nadau, rentré dans ta bassesse, Et tu n'attentes plus aux droits de la noblesse, Ce corps que tu disais inutile à l’Etat, Les conseillers, sans toi, vont pourtant au combat. Toi qui faisais passer pour mutins et rebelles, De paisibles colons, des citoyens fidèles, Fais un peu le mutin, ose te faire voir, Et plus que ces colons, fais enfin ton devoir. Il a d’autres desseins ; s’il ne tenait qu’au traître, De l'île maintenant, l’Anglais serait le maître. Il ne doit qu’à l’argent ce beau gouvernement ; Le perfide, en argent, le vendrait lâchement. Quand on presse Nadau, son ardeur militaire Cède facilement à l’humeur débonnaire. Moore, qui le connaît, lui propose la paix. Grand Dieu ! pour un poltron, que le mot a d’attraits ! Quel abus, en effet, quelle sotte manie, De risquer, au combat, les douceurs de la vie. Ha ! dit-il à Scoffey, voilà d’honnêtes gens, Qui parlent de traiter et d’épargner le sang; Il vaut mieux vivre ici qu’au temple de mémoire, Et mourir dans son lit qu’au sein de la victoire! Laissons donc aux héros ces funestes vertus ;

Histoire générale des Antilles Tomes 5 et 2 de la 2ème série  

Dessales A./Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Histoire générale des Antilles Tomes 5 et 2 de la 2ème série  

Dessales A./Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Profile for scduag
Advertisement