Page 176

— 168 — De la Potherie, lieutenant de roi de la Basse-Terre, s’y était renfermé dès le 21 au soir, avec cent vingt hommes de troupes, détachés de la marine , des bombardiers , et quelques Suisses; quelques miliciens, excités par l’appât des dangers qu’allaient avoir à courir ces braves, voulurent aussi partager leur sort. Nadau, préoccupé, dès la nuit du 21 au 22, nuit qu’il avait passée sur pied, de l’endroit que l’ennemi attaquerait au jour, voyant, au clair de lune, louvoyer les vaisseaux anglais à quelques portées de fusil du rivage, ne prévoyant pas que l’attaque du fort Saint-Charles s’opérerait par les vaisseaux, voulant en outre, s opposer à une descente, avait, au plus vile, garni tous les postes voisins de la Basse-Terre. A la batterie Saint-Nicolas se trouvait Coquille; à la batterie Royale, Saint-Aroman ; au poste Bisdary , Duparquet avec leurs braves miliciens. Perrault, Sain, Dubouchar, Loiset et nombre de créoles, accourus dès la veille au soir, s’apprêtaient à repousser l’Anglais. Mais Nadau, pris à l’improviste, les colons n’avant aucun plan de défense arrêté, semblaient redouter les conséquences de ce siège, lorsque, sur les dix heures et demie du matin (22 janvier 1759), les trois vaisseaux embossés commencèrent à tirer sur le fort Saint-Charles. Pour répondre aux cent vingt-quatre bouches à feu qui, sur le fort et la ville vomissaient des boulets et de la mitraille, de la Potherie n’avait que huit pièces de eanon de divers calibres, quelques obus et des couleuvrines. Admirablement servies d’abord, ces pièces ne laissèrent point supposer aux Anglais la pénurie dans laquelle se trouvait ce fort, plusieurs fois déjà si admirablement défendu contre leurs attaques. Au feu des vaisseaux se joignirent bientôt celui des quatre galiotes à bombes, dont l’ennemi s’était fait suivre, de telle sorte que le fort et la ville criblés, les ponts-levis rompus, trente hommes tués dans les casemates, de Burry, pulvérisé par un obus, Perrault, le bras emporté, et de la Potherie ne sachant plus à quoi se résoudre, la confusion était telle, à quatre heures du

Histoire générale des Antilles Tomes 5 et 2 de la 2ème série  

Dessales A./Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Histoire générale des Antilles Tomes 5 et 2 de la 2ème série  

Dessales A./Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Profile for scduag
Advertisement