Page 100

92

l'Angleterre, où elles risquaient de mourir de faim, pour aller vivre en Amérique. Celte nouvelle peuplade, destinée à former un établissement, connu plus tard sous le nom d’Halifax , devait fortifier un des meilleurs ports de l’Amérique, et devait encore aider au développement de la pêche des morues. Mais comme ce canton, que les Anglais avaient choisi, était aussi un des meilleurs pour la chasse, il fallut le disputer aux sauvages. Ce ne fut qu’après de bien rudes combats, que les Anglais en restèrent les paisibles possesseurs. Celle guerre n’était pas encore terminée, lorsque l’Angleterre crut s’apercevoir qu’il existait de l’agitation parmi les Français de l’Acadie. Ces hommes, simples et libres, avaient déjà senti que leurs ennemis ne pouvaient s’occuper sérieusement des contrées qu’ils avaient envahies, sans qu’ils y perdissent de leur indépendance. A cette crainte si naturelle se joignit encore celle de voir leur religion en péril. Des prêtres, échauffés par leur propre enthousiasme, ou peut-être par les insinuations des chefs du Canada, leur persuadèrent facilement tout ce qu’ils voulurent contre les Anglais, qu’ils leur dépeignaient comme de farouches hérétiques. Ces raisons entraînèrent quelques Français à passer au Canada, et, au moment où tous les Français de l’Acadie se disposaient à suivre cet exemple, le gouvernement anglais, soit par humeur ou par politique, voulut prévenir celte désertion. Il employa la trahison, la trahison qui lui est si habituelle , la trahison, toujours lâche et cruelle dans ceux à qui l’autorité pourrait offrir les moyens de la douceur et de la modération. Les Acadiens, appelés comme nous l’avons dit, les Français neutres, ceux qui n’avaient pu encore s’expatrier, furent rassemblés , sous prétexte de renouveler le serment qu’ils avaient fait autrefois à leurs nouveaux maîtres. Dès que les Anglais les virent réunis, ils furent embarqués sur des navires qui les décimèrent dans d’autres colonies anglaises, où ils périrent de chagrin plus que de misère (1). (1) Dans les papiers du Canada, déposés aux Archives de la marine.

Histoire générale des Antilles Tomes 5 et 2 de la 2ème série  

Dessales A./Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Histoire générale des Antilles Tomes 5 et 2 de la 2ème série  

Dessales A./Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Profile for scduag
Advertisement