Page 51

PAULETTE,

ATHÉNAIS

ET

ROBERTE

45

Mlle Sauvignac, qui donc, cher, avez-vous le dessein d’épouser ? — Une personne, que vous connaissez très bien, m’a dit mon père : Mlle Despointes. Le Docteur confirma aussitôt le fait qu’il était en relations assez intimes avec la jeune fille nommée : ce fut en prononçant son prénom, sur un ton interrogatif. — Roberte? Romuald s’inclina : — Je n’ose encore, moi, l’appeler ainsi qu’à part moi... ou lorsque je suis seul. Et, un instant, les deux hommes évoquèrent ensemble, — chacun en soi, — l’image de Hoberte Despointes. Sans conteste elle était plus belle que Paulette et qu’Athénaïs, — plutôt grande, proportionnée à merveille, très élégante. Elle avait de grands yeux noirs, les traits réguliers et fins. Peut-être sa bouche n’était-elle pas assez petite. Elle était mieux que belle, — troublante. Son père, un industriel, — fabricant de glace, de limonade et d’eau de Seltz, — était un octavon. Sa mère aussi était une octavonne. Nécessairement, de même qu’eux elle était octavonne. Et comme eux elle avait le

L'octavonne  

Gautrez, Victor / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Coll...

L'octavonne  

Gautrez, Victor / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Coll...

Profile for scduag
Advertisement