Page 209

LA

RANÇON

203

surplus, en France, il n’y a point de malveillance, point de contemption envers les gens de couleur... Il y a de la curiosité, sans plus..., et de moins en moins à mesure qu’augmente le nombre des métropolitains allant aux colonies et celui des coloniaux venant en France... Conséquemment, en France, la question de couleur n’est pas agitée... ou ne l’est guère... C’est au contraire aux colonies qu’elle l’est, même à l’excès... Là, on voit le noir repousser la négresse pour s’allier à plus claire que lui..., et le mulâtre faire de même... En sorte que les noirs et les gens de couleur, tout en prétendant, avec raison, valoir les blancs, paraissent déclarer tacitement que l’être à peau blanche est quand même supérieur à l’être à peau colorée... Et l’on s’étonne que les blancs nés aux colonies forment des classes à part, soient fiers de leur épiderme !.. Ce sont les gens de couleur..., oui, ce sont eux-mêmes qui, aux colonies surtout, donnent de l’importance à la question de couleur... Elle n’en a pas... On naît blanc et noir, de même qu’on naît blond ou brun, beau ou laid... Puisque l’on n’y peut rien, il n’est que d’en prendre son parti... Les discussions là-dessus sont inutiles et le seront toujours... Paulette reparut. — J’interromps une discussion ? fit-elle.

L'octavonne  

Gautrez, Victor / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Coll...

L'octavonne  

Gautrez, Victor / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Coll...

Profile for scduag
Advertisement