Page 206

200

L'OCTAVONNE

envers l’homme qui n’a pas voulu la prendre quand elle s’offrait. Et tout s’arrangeait donc. Cependant Romuald eut une alerte. Ce fut huit jours environ après la visite nocturne de Roberte. Un matin, qu’il avait été prié à déjeuner avec sa fiancée par M. Sauvignac, comme Paulette s’était absentée pour surveiller à la cuisine la préparation d’un entremets, le Procureur Général lui dit, à brûle-pourpoint et les sourcils contractés : — Je vais profiter de ce que nous sommes seuls pour vous poser une question délicate. Romuald ressentit comme une secousse. — Ça y est ! pensa-t-il... Il aura appris la chose. Et son cœur se mit à battre fort. M. Sauvignac, la tête inclinée à gauche, fit tourner son lorgnon au bout d’un index et poursuivit : — Vous avez longtemps hésité à demander la main de Paulette... Il m’a fallu presque vous inviter à vous y décider. Ce début parut bizarre à Romuald. — Il remonte bien loin, se dit-il. — J’ai supposé, continua M. Sauvignac, que

L'octavonne  

Gautrez, Victor / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Coll...

L'octavonne  

Gautrez, Victor / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Coll...

Profile for scduag
Advertisement