Page 203

LA

RANÇON

197

explications ne seraient-elles pas nécessaires ?... Que de complications possibles !... Et le dénouement ne serait-il pas celui auquel il n’avait pas voulu se résoudre : la rupture des fiançailles ?... Il se demanda si, pour prévenir toute difficulté et ne pas en arriver à pareille fin, il ne ferait pas mieux de manquer à sa promesse envers Roberte de taire son équipée et d’en informer, sinon Paulette, du moins son futur beau-père ?... Mais il s’objecta qu’il y allait de l’honneur et, par suite, de l’avenir d’une jeune fille, — d’une jeune fille qu’il aimait au fond, qui lui avait donné une preuve d’amour inoubliable, et.au sort de qui il ne saurait jamais être indifférent. Il se dit qu’il agirait comme le plus méprisable des hommes si, après elle, il n’encourait pas tous les risques plutôt que de dévoiler le secret qu’il y avait entre elle et lui... Et puis il réfléchit qu’une telle lâcheté ne servirait qu’à lui faire retirer plus sûrement la main de Paulette. Ne serait-ce pas lui-même qui provoquerait les explications qu’il désirait ne pas avoir avec M. Sauvignac et qu’il pouvait avoir la chance d’esquiver ? Ne lui faudrait-il pas lui avouer qu’il avait d’abord songé à épouser Roberte ? Et quand le Procureur Général aurait deviné ses sentiments cachés

L'octavonne  

Gautrez, Victor / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Coll...

L'octavonne  

Gautrez, Victor / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Coll...

Profile for scduag
Advertisement