Page 201

XII LA

RANÇON

Romuald demeura trop bouleversé par cette visite nocturne et inopinée pour qu’il lui fût possible de se rendormir bientôt. Par la pensée il revécut la scène entre Roberte et lui. Il rumina les paroles, d’abord tendres, puis dures, qu’elle avait prononcées. Il lui sembla respirer encore son parfum et la presser contre lui. Et il regretta de ne l’avoir pas gardée auprès de lui, de ne s’être pas laissé aller à posséder cette belle vierge. Ah ! ces souvenirs !... ce regret !... il pressentait qu’il les conserverait toujours. Ensuite il s’approuva de n’avoir pas commis avec Roberte un acte irréparable, d’avoir évité l’esclandre, d’avoir été, — lui, raisonnable, « sage », — au contraire d’elle, qu’il traita de Nouveau de folle... Il songea à Despointes. Entre l’usinier et lui, s’interrogea-t-il, y auraitil jamais eu une bonne entente après une

L'octavonne  

Gautrez, Victor / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Coll...

L'octavonne  

Gautrez, Victor / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Coll...

Profile for scduag
Advertisement