Page 181

UN

SAGE

ET

UNE

FOLLE

175

— Pouqui pé là ? (Pourquoi me taire ?) La jeune fille reprit sèchement : — Eh ! oui, pé... Cé pas zaffai ou. (Oui, taisez-vous... Ce n’est pas votre affaire.) — Comment ! cé pas zaffai moin ? (Comment ! ce n’est pas mon affaire ?) Aurèle regarda bien Athénaïs et comprit alors ce qu’elle avait éprouvé au juste quand le quarteron l’avait saluée. Il lui dit en clignant des yeux, avec une rage contenue : — Con ou yé a... ou a3imé-ï toujou-hon ? (Vous l’aimez donc toujours ?) Ce dialogue entre Aurèle et Athénaïs ne parvint pas aux oreilles de Romuald. Mais point n’était besoin qu’il en eût rien perçu pour avoir saisi, lui, parfaitement, et sur le moment même, le sens véritable de la grossière réponse de la jeune fille à sa politesse. Aussi poursuivait-il son chemin, non pas penaud, sa vanité au contraire chatouillée agréablement par cette réflexion : — Elle en tenait vraiment... et elle en tient encore, la petite. Bientôt il n’y songeait plus. La journée s’écoula ; puis entre cinq et

L'octavonne  

Gautrez, Victor / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Coll...

L'octavonne  

Gautrez, Victor / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Coll...

Profile for scduag
Advertisement