Page 149

STRATAGÈMES

143

— L’impression, dit Paulette, que j’emporte de M. Sainte-Croix père, est qu’il est très aimable... et qu’il a l’air très bon. — C’est juste... Oui, ce doit être un fort brave homme... et peut-être serait-il pour toi un excellent beau-père..., en ce sens qu’il te gâterait... Enfin, il te convient... c’est bien. Après une pause, M. Sauvignac ajouta : — Et le fils ? Ne t’a-t-il pas fait la moindre déclaration ? — Non... mais... — Mais... tu t’es aperçue enfin que tu ne lui es pas indifférente, n’est-ce pas?... Ta physionomie le révèle... — Aujourd’hui il n’a pas été tout à fait le même que précédemment. — Non... Ainsi, il n’a jamais cherché à fuir le tête-à-tête avec toi... A distance je vous observais... Plusieurs fois je l’ai surpris en train de te regarder, d’une certaine manière, quand tu ne le regardais pas... Allons ! je le présumais bien : il n’ose pas avouer ses sentiments... Et je crois avoir découvert maintenant pourquoi il les cache. — Pourquoi? — Vraisemblablement, il craint que je ne lui refuse ta main à cause de son père.

L'octavonne  

Gautrez, Victor / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Coll...

L'octavonne  

Gautrez, Victor / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Coll...

Profile for scduag
Advertisement