Page 117

UNE

RENCONTRE

IMPRÉVUE

111

plus du tout celle qui, — seulement une couple d’heures auparavant — avait, dans sa chambre, en s’habillant avec nonchalance, des traits immobiles, des prunelles voilées de songe, presque éteintes. Elle était bien différente même de la Paulette qui, — quelques minutes plus tôt, — marchait mollement appuyée au bras de son père, laissait errer ses regards sur les choses et les êtres, sans souffler mot... Maintenant ses yeux étincelaient. Ses lèvres, entr’ouvertes par un sourire qui ne finissait pas, étaient agitées par un besoin de babiller. Elle cambrait la taille. Elle avait des mouvements nerveux d’épaules. Bref, tout en elle exprimait la joie de vivre. Elle ne dévoila pas plus au jeune homme qu’à M. Sauvignac la cause réelle de son précédent état de tristesse, — bien entendu. Elle pouvait pourtant lui en faciliter la divination, à demi-mots. Au fond elle en avait bien le désir. Mais elle était gênée par la présence de son père, retenue aussi par le sentiment de la dignité. Elle se borna à dépeindre son existence presque solitaire. Elle déplora la perte de sa mère, qui lui eût été une compagne de tous les instants. Elle dit qu’elle s’estimait néanmoins chanceuse d’avoir un papa si bon que le sien ; que grâce à lui elle n’était pas complètement

L'octavonne  

Gautrez, Victor / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Coll...

L'octavonne  

Gautrez, Victor / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Coll...

Profile for scduag
Advertisement